Tribune : « Rupture de médicaments pour les malades de Parkinson. Trop, c’est trop ! »

AUTRES ACTUS ET INFORMATIONS SUR : SANTE & E-SANTE

Partager cet article

Les associations du Collectif Parkinson nous livrent une tribune sur la rupture régulière de stocks des médicaments les plus courants liés à la maladie de Parkinson. Pour elles, « trop, c’est trop ! ».

Associations du collectif Parkinson

« Rupture de médicaments pour les malades de Parkinson. Trop, c’est trop ! »

« Depuis des mois, les malades de Parkinson subissent de façon régulière des ruptures de stocks des médicaments les plus courants ! Ces mêmes médicaments déclarés par un arrêté du 27 juillet 2016 fixant la liste des classes thérapeutiques contenant des médicaments d’intérêt thérapeutique majeur mentionnés à l’article L. 5121-31 du code de la santé publique. Après avoir connu des crises successives les années précédentes, les malades doivent encore faire face à des ruptures de stock de médicaments prescris habituellement par les neurologues : trop, c’est trop !

Ce qui pourrait être qualifié d’ubuesque si nous ne parlions pas de traitements permettant aux malades de rester au mieux dans le contrôle de leur corps, c’est que les conseils donnés à ce sujet réside dans les suggestions de substitution des médicaments entre eux. Effectivement, cela devient kafkaïen lorsque les médicaments dits de substitution deviennent eux-mêmes en rupture de stock.

Rappelons l’importance de ces traitements et le niveau de stress engendré par leur absence pour un malade et des proches qui savent parfaitement qu’en l’absence de leur prise toutes les 2 ou 3 heures, leur corps va rapidement devenir rigide et leurs mouvements de plus en plus lents.

Lire aussi : Interview de Florence Delamoye, Directrice de l’Association France Parkinson

Les associations du Collectif Parkinson tirent la sonnette d’alarme

Quelles sont les réponses apportées par l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) ? Aux demandes d’informations et surtout d’actions des associations de malades, il est proposé un calendrier des ruptures, dont les dates annoncées ne sont même pas tenues.
Que répondent les laboratoires face à ces vagues de rupture ? Ils déclarent faire de leur mieux pour minimiser ces ruptures, évoquant parfois des problèmes de conditionnement, d’approvisionnement de la molécule, des arrêts de chaîne de fabrication…

Médicament - Traitement AlzheimerEnfin, que répond la Ministre des Solidarités et de la Santé, destinataire depuis le mois d’octobre de deux courriers ? Rien, silence, dédain des écrits et des alertes des malades, ignorance des appels au secours … même pas un accusé réception !

Les 200 000 malades de Parkinson représentés par les associations de patients tirent la sonnette d’alarme sur cette situation inacceptable ; malgré un arrêté, le pouvoir du politique est de fait mis en cause, la crédibilité de nos instances est fortement interrogée ; est-ce la raison du silence persistant de nos représentants politiques ?

Aucune sécurité sur le terrain pour apporter aux malades les soins thérapeutiques dont ils ont besoin.
Les associations de patients demandent le respect de la protection des médicaments qui traitent la maladie de Parkinson. Des associations de malades qui demandent un respect des engagements des politiques et de la cohérence pour leur offrir les conditions de vie les plus acceptables ! »

Source : communiqué de presse

Lire aussi : 10 clés pour mieux comprendre la maladie de Parkinson


Partager cet article

Cet article a été publié par la Rédaction le


1 réflexion sur “Tribune : « Rupture de médicaments pour les malades de Parkinson. Trop, c’est trop ! »”

  1. SUBARROQUE

    Je fais partie de ces malades de Parkinson qui sont victimes de ces ruptures de stock récurrentes et je suis très, très, très en colère contre notre gouvernement.
    Il est indigne et inconcevable que cette situation existe :
    – la demande de ces médicaments est stable dans le temps, donc prévisible : le STOCK nécessaire est donc CONNU et PERMANENT
    – ces médicaments sont des MÉDICAMENTS INDISPENSABLES à la vie des malades et non des médicaments de confort
    – ces médicaments étant relativement anciens, leur COMPOSITION est CONNUE
    – le stress étant un facteur très néfaste pour un malade de Parkinson, ce risque récurrent de manquer de médicaments provoque avec certitude une AGGRAVATION DE LA MALADIE ,
    – il n’ y a aucun progrès réel dans le traitement de cette maladie. Le gouvernement a même exigé l’ ARRÊT les RECHERCHES en cours sur la NICOTINOTHERAPIE alors que cette thérapie permet de diminuer la prise de médicaments
    – POURQUOI ??? Aucune explication ne nous est apportée!!!!!!
    – nous sommes les OTAGES DES LOBBYS PHARMACEUTIQUES

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut