Une étude révèle que les Français auraient une vision positive de la longévité

AUTRES ACTUS ET INFORMATIONS SUR : SPORT & BIEN-ETRE

Partager cet article

Les résultats d’une étude AESIO-ViaVoice, destinée à comprendre les perceptions et attentes des Français sur la longévité, ont été dévoilés ors de la 2e édition des « Rencontres AESIO » qui s’est tenue le 23 mai 2018 à Paris sur le thème « Réussir la société de la longévité ».

D’une façon générale, les Français ont une vision plutôt sereine et positive de la longévité, mais cette conception révèle aussi un véritable déni des risques liés à l’âge : l’étude montre des paradoxes et des carences majeures en matière de préparation de la retraite et d’anticipation des besoins inhérents à la vieillesse. On constate un important besoin d’information sur les thématiques de l’âge et de la retraite. La qualité des liens sociaux ressort comme un indicateur clé pour définir le bien-vieillir. Enfin, il est intéressant de noter qu’au-delà des organismes institutionnels, la légitimité accordée aux mutuelles pour accompagner le bien vieillir des personnes âgées apparaît très forte.

Un enjeu sociétal majeur

L’allongement de l’espérance de vie en France génère de profondes évolutions sociétales et économiques :
– En 2040, on devrait compter entre 1,7 et 2,2 millions de personnes âgées dépendantes*
– En 2050, 1 habitant sur 3 sera âgé de 60 ans ou plus**
– La part de la population de plus de 75 ans augmentera de 72% d’ici à 2060**
– Le rapport cotisants/retraités*** passera de 2,1 en 2000 à 1,3 en 2070

Pour nourrir la réflexion sur ce thème, le groupe AESIO en collaboration avec le sociologue Serge Guérin a demandé à l’institut ViaVoice de réaliser une étude auprès des Français : Vieillir dans quelle société ? Comment intégrer les seniors à la société ? Quelle est la qualité du lien entre les générations ? Quelle perception les Français ont-ils de la retraite ? Quel idéal pour le bien vieillir ? Réussir la société de la longévité implique de dépasser certains paradoxes.

Une vision de la longévité plutôt positive…

D’une manière générale, les Français ont le sentiment :

  • de bien-vieillir (74%) ;
  • que la société est en train de s’adapter aux seniors (54%) voire est déjà bien adaptée (+9%) ;
  • que les seniors sont bien intégrés dans la société (56%) ;
  • et que le lien entre les générations est bon (55%), même s’il existe des difficultés (55%).

Et ils n’anticipent pas la retraite comme une étape douloureuse : au contraire, au regard des difficultés potentielles liées à la vie professionnelle et à l’angoisse du chômage, la retraite leur apparaît comme une source de stimulation (50%) et de soulagement (40%) plus que d’inquiétude (23%).

La perception de l’avancée en âge est très subjective selon le contexte social : à la question « à partir de quel âge diriez-vous que l’on est considéré comme âgé dans la vie en France ? », les réponses varient selon qu’il s’agit :

  • De la vie professionnelle : 57 ans
  • De la vie personnelle : 68 ans
  • Ou « pour la société » : 64 ans

… Mais un manque de préparation à l’échéance de la vieillesse

Pour bien vieillir, l’idéal consiste pour la grande majorité des Français à rester à leur domicile (76%), un idéal qui se renforce avec l’âge (88% pour les 65 ans et plus). Pour autant, ils n’aménagent pas leur logement : seuls 15% d’entre eux ont adapté leur logement aux besoins liés à l’âge.

Le bien-vieillir est considéré comme une démarche d’abord personnelle (57%), mais dans le même temps les Français ne se sentent pas bien informés sur la manière de préparer leur retraite (61%), sur les services permettant de se préparer aux risques liés à l’âge (70%) et sur les aides sociales et financières existantes (75%).

Les principales difficultés rencontrées pour se préparer à l’avancée en âge sont de savoir où se renseigner (51%), comment anticiper les difficultés et les besoins (41%) ou de trouver des informations fiables (34%).

Réussir la société de la longévité passera par un développement de la pédagogie et de l’accompagnement social sur ces enjeux majeurs.

Le lien social, une condition essentielle du bien vieillir

Pouvoir conserver un mode de vie proche de celui qu’on a plus jeune (42%) et avoir une vie amicale et sociale plus développée (36%) sont des choix de vie correspondant au bien-vieillir :

  • Au-delà des éléments concernant la santé (éloigner le risque de la perte d’autonomie physique ou neurologique, à 66%), les priorités identifiées pour améliorer le bien-être des seniors sont : rester en connexion avec la société (42%) et favoriser les liens avec des proches (30%) ;
  • Mais les Français ont le sentiment que les aidants ne sont pas soutenus par les pouvoirs publics (78%), ni par la société (77%), ni par les employeurs (77%).

Les institutions et organismes légitimes pour accompagner le bien vieillir des personnes âgées

Selon les Français, les organisations les plus légitimes pour agir dans ce domaine sont :

  • Les organismes institutionnels, comme la Sécurité Sociale à 48% et les collectivités territoriales, notamment les plus proches d’eux (ville 41%, département 33%) ;
  • Le tissu associatif local 36%;
  • Les mutuelles (30%) et les compagnies d’assurance (11%) ;
  • Et en dernier lieu des sociétés privées spécialisées (10%).

Quel rôle et quelle responsabilité pour les mutuelles dans la réussite de la société de la longévité ?

Une organisation mutualiste comme le groupe AESIO dispose d’atouts indéniables pour répondre aux attentes des Français en matière de vieillissement : proximité territoriale, lien social communautaire et intergénérationnel, expertise en prévention… En tant que tel, il a la responsabilité de répondre à ces enjeux et d’accompagner les Français dans la préparation de leur avenir :

– Aider à la prise de conscience des risques liés à l’âge
– Développer des offres mixtes, de l’assurance aux services
– Faciliter l’accès aux informations sur les dispositifs d’aide
– Apporter un soutien aux aidants familiaux

Les résultats de l’étude ViaVoice pour AESIO confirment d’ailleurs que les Français accordent une légitimité forte aux mutuelles pour accompagner le bien vieillir des personnes âgées.

Méthodologie de l’étude
Etude réalisée par l’institut Viavoice pour le Groupe AESIO.
Interviews réalisées en ligne du 29 mars au 4 avril 2018, auprès d’un échantillon de 1001 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.
Représentativité assurée par la méthode des quotas appliquée aux critères suivants : âge, sexe, profession de l’interviewé après stratification par région et catégorie d’agglomération.

* Source : Rapport sur les perspectives de financement à moyen-long terme des régimes de protection sociale », Haut conseil du financement de la protection sociale, juin 2017.
**Source : INSEE.
*** Rapport entre l’effectif de la population pouvant travailler et l’effectif de la population des retraités – Source : rapport annuel du COR, juin 2017.


Partager cet article

Cet article a été publié par la Rédaction le


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut