Ergothérapie et Gérontechnologies : Tribune libre à l’ANFE

Festival SilverEco Bien Vieillir
Partager cet article

– Association Nationale Française des Ergothérapeutes –

Les gérontechnologies connaissent un essor important depuis ces dernières années et le phénomène tend à s’amplifier dans l’avenir. Les ergothérapeutes interviennent dans le champ de la compensation des situations de handicap depuis longtemps et commencent aujourd’hui à s’ouvrir aux technologies pour les personnes âgées. Bon nombre d’ergothérapeutes exercent déjà dans la préconisation et le développement de tels dispositifs

L’ergothérapie

L’ergothérapeute est un professionnel de santé et intervient dans le processus de rééducation, de réadaptation, d’adaptation et d’intégration sociale des personnes aux prises avec des problèmes de fonctionnement dans leur quotidien. L’ergothérapeute est un professionnel « paramédical qui accompagne les personnes présentant un dysfonctionnement physique, psychique et/ou social en vue de leur permettre d´acquérir, de recouvrer ou de conserver un fonctionnement optimal dans leur vie personnelle, leurs occupations professionnelles ou la sphère de leurs loisirs, par l’utilisation d’activités concrètes s’y rapportant et tenant compte de leurs potentialités et des contraintes de leur environnement »(1).
L’ergothérapeute intervient auprès des personnes de tout âge (enfants, adultes, personnes âgées) qu’elles soient en situation de handicap ou non (dans ce dernier cas, une prévention des risques est mise en place).
L’intervention de l’ergothérapeute se décline en différents champs d’application. Au sein d’une relation thérapeutique, il met en place des activités adaptées. Ces activités, lors de la phase d’évaluation, permettent d’identifier les éventuelles difficultés rencontrées par la personne. Durant les phases de rééducation / réadaptation,  les actions de l’ergothérapeute vise la récupération physique et psychique des possibilités fonctionnelles et l’autonomie dans les actes de la vie quotidienne. Pour cela, son rôle dans l’adaptation du logement et de l’environnement permet de garantir une indépendance et une autonomie optimales de la personne.
Les aides techniques font partie intégrante de cette démarche d’intervention. La connaissance approfondie de ces outils est indispensable car ces derniers peuvent être une véritable aide dans la vie quotidienne des personnes.
Les aides techniques nouvelles technologies sont depuis longtemps préconisées par les ergothérapeutes en tant qu’outil de compensation des situations de handicap moteur, sensoriels et psychiques. L’apparition, plus récente, des gérontechnologies orientées vers la personne âgée s’inscrit naturellement dans le champ d’expertise de l’ergothérapeute.

Ergothérapie et Gérontechnologies

L’ergothérapeute a donc un rôle essentiel dans la compensation des situations de dépendances que ce soit auprès de personnes en situation de handicap ou de personnes âgées. Il intervient dans trois aspects essentiels et complémentaires sur les aides techniques : la préconisation, la formation et la recherche.

>> LA PRECONISATION DES AIDES TECHNOLOGIQUES
L’acquisition d’une aide technique est un processus qui peut être long et difficile. Une personne en situation de dépendance ne va pas choisir une aide technique, qui lui permettra d’améliorer son indépendance et sa qualité de vie, comme elle choisira un lave-linge. Les enjeux sont différents et la qualité du conseil est un facteur essentiel. Une aide technique mal adaptée peut engendrer un effet contraire à celui pour lequel elle a été conçue : mise en danger de la personne et de son entourage, refus et abandon de l’aide technique, achat d’un outil surdimensionné en rapport aux besoins de la personne… Il est donc nécessaire de se faire accompagner dans cette démarche par un professionnel pour éviter toutes ces déconvenues. A cette fin, des consultations gérontechnologiques commencent à se développer en France, dans les services de gériatrie. Nous pouvons citer entre autre l’expérience du CHU de Grenoble qui a été pionnière en la matière. « Il s’agit d’une consultation gériatrique où l’on pose, à la fin, la question d’une prescription technologique adaptée à l’état de la personne » (2). Ces consultations sont réalisées par une équipe pluridisciplinaire constituée, entre autres, de médecins, « gérontechnologues » et d’ergothérapeutes. Ces derniers peuvent s’appuyer sur leurs connaissances de la problématique de la dépendance chez la personne âgée et sur les aides techniques. A ce titre, ils deviennent incontournables dans le processus de préconisation des gérontechnologies.

Le processus de préconisation de l’aide technique commencera par un entretien de la personne et de son entourage par l’ergothérapeute. Celui-ci prendra des informations sur ses habitudes de vie, son environnement, sa maladie et les besoins qu’ils pourront exprimés. Après une analyse des résultats de cet entretien et un bilan des capacités résiduelles de la personne, l’ergothérapeute pourra conseiller des dispositifs adaptés et procéder aux essais du matériel (3). A cette fin, et puisque la technologie évolue très rapidement, une veille technologique approfondie et régulière est nécessaire.
Après validation de la solution retenue, le professionnel rédigera un argumentaire qui sera remis à l’usager. Cet argumentaire pourra ensuite être transmis aux distributeurs et aux organismes pouvant apporter une aide financière dans son acquisition.

>> LA FORMATION
Le champ de la formation dans le domaine des gérontechnologies couvre deux aspects. Le premier est indissociable et complémentaire du processus de préconisation. Pour qu’une aide technologique soit utilisée, il est nécessaire de former ses utilisateurs. Nous entendons ici par le terme « utilisateurs », la personne âgée en situation de dépendance, mais également son entourage (famille, aide ménagère, tierce-personne…) qui seront amenés, à différents niveaux, à utiliser l’aide technique. Cette étape s’avère être essentielle pour une bonne intégration de l’aide technique au quotidien.
Le deuxième champ est la formation initiale et continue des professionnels qui seront amenés à intervenir auprès de la personne âgée dépendante. L’ergothérapeute participe à ces formations sur les thèmes de la démarche de préconisation d’une aide technique, son utilisation, mais aussi pour aider le professionnel à poser une indication de consultation gérontechnologique et orienter la personne dans le service adéquat.

>> LA RECHERCHE
Il existe à ce jour sur le marché un certain nombre d’aides technologiques qui permettent de répondre, dans une certaine mesure, aux difficultés rencontrées par les personnes âgées dépendantes. L’avancée technologique réalisée dans le domaine grand publique permet d’améliorer les solutions actuelles, mais aussi de combler certains manques existant aujourd’hui et d’apporter des réponses aux besoins de ces personnes. La recherche dans le domaine de la compensation technologique des situations de dépendance se veut être multidisciplinaire. En effet, pour développer un produit et/ou service adapté aux besoins des utilisateurs, il est nécessaire de réunir des compétences techniques (électronique, informatique, mécanique…), médicales (médecins, ergothérapeutes, kinésithérapeutes…), en sociologie, sciences humaines… Dans cette démarche l’ergothérapeute apportera au projet son expérience des besoins de la personne âgée, des solutions existantes avec leurs avantages et limites, mais aussi les contraintes d’utilisation de ces aides techniques. Il est ainsi un acteur indispensable pour la rédaction du cahier des charges fonctionnel. Enfin, il pourra, en collaboration avec les autres partenaires, réaliser les évaluations cliniques, étape indispensable afin de s’assurer que le produit/service développé corresponde bien aux besoins des personnes.

>> EN CONCLUSION
L’ergothérapeute, par son champ d’expertise, regroupe de manière adéquate les connaissances nécessaires au niveau des aides techniques et des besoins de la personne âgée. Ces connaissances lui permettent d’être un professionnel incontournable dans la préconisation des gérontechnologies afin que ces outils soient le mieux adaptés à nos aînés.

____________________________________________

Rédacteurs :

Nicolas BIARD
Ergothérapeute, Titulaire du Master en « Science et Technologie de la Santé » (VHMA : Vieillissement, Handicap : Mouvement et Adaptation)
Délégation Nationale APPROCHE (Association pour la promotion des nouvelles technologies en faveur des personnes en perte d’autonomie) – Lorient (56)
nbiard@approche-asso.com
02 97 35 08 28

Samuel POUPLIN
Ergothérapeute, Titulaire du Master en « Science et Technologie de la Santé » (VHMA : Vieillissement, Handicap : Mouvement et Adaptation)
Plate-Forme Nouvelles Technologies
Hôpital Universitaire Raymond Poincaré – Garches (92)
samuel.pouplin@rpc.aphp.fr
01 47 10 70 61

____________________________________________

(1) : http://www.ergo-ae.be
(2) : Rialle V. (2007), Technologies nouvelles susceptibles d’améliorer les pratiques gérontologiques et la vie quotidienne des malades âgés et de leur famille, Apport remis à Monsieur Philippe BAS, Ministre de la Santé et des Solidarités – Mai 2007 – 74 pages. (http://www.travail-solidarite.gouv.fr/IMG/pdf/rapport.technologies_nouvelles.pdf)
(3) : Dumas C. (2002). Evaluation des aides techniques. In Izard M.-H., Nespoulous R. : « Expériences en ergothérapie ». Ed. Sauramps médical, 15ème série, pp120-124.


Partager cet article

Publié par la Rédaction le


1 réflexion sur “Ergothérapie et Gérontechnologies : Tribune libre à l’ANFE”

  1. Esmeralda Gauthier

    Du 16 au 22 mars 2009, aura lieu la 1ere édition de la semaine de l’ergothérapie en France. Cet événement est organisé par l’ANFE, association nationale française des ergothérapeutes et s’inscrit dans le cadre du plan national « bien vieillir » porté par le Ministère de la Santé.
    C’est l’occasion d’informer et de sensibiliser le grand public à cette profession encore mal connue et pourtant indispensable dans le monde du handicap et de la santé publique.

    L’ergothérapie est une profession para médicale. L’ergothérapeute est « l’intervenant central dans le processus de réadaptation, d’adaptation et d’intégration sociale des personnes aux prises avec des problèmes de fonctionnement dans leur quotidien ». Il est ainsi amené à travailler auprès d’un large public allant de la petite enfance à la personne âgée dépendante, dans des domaines d’activités multiples : handicap moteur, psychiatrie, éducation gestuelle, adaptation de l’habitat, formation…. Sa démarche spécifique considère la personne dans sa globalité en tenant compte de son environnement et de ses habitudes de vie. L’ergothérapeute peut exercer en milieu hospitalier, en centre de rééducation, en cabinet libéral, auprès d’instances publiques (ex. : des mairies) ou privés (ex. : des assurances).

    En marges de ces activités « classiques » attachées au métier, l’ergothérapeute est également compétent en matière d’évaluation. C’est sur cette facette novatrice qu’Esmeralda Gauthier, ergothérapeute depuis 15 ans auprès de personnes âgées fragilisées, à décidé de s’investir. Elle a ainsi rejoint Médialis, jeune entreprise innovante, spécialisée en matière de conseil et d’évaluation de solutions innovantes pour le grand âge.

    Dans ce cadre elle a participé à l’élaboration de l’offre d’évaluation de nouvelles technologies. Cette dernière s’adresse à des entreprises ou des organismes publics ou privés, qui souhaitent évaluer des solutions technologiques en vue d’un déploiement.
    Cette offre correspond à une évaluation des usages. Elle peut prendre deux formes au sein desquelles Esmeralda met à profit ses compétences :

    1-Une évaluation « expert », dans laquelle la techno est évaluée de façon isolée, par une équipe d’experts constituée de gériatre, ergonome, ergothérapeute. L’objectif est d’évaluer l’utilisabilité de la techno, vérifier son innocuité et de proposer des améliorations. L’ergothérapeute participe à l’expertise en identifiant les capacités minimales requises par les utilisateurs et, en précisant quelles déficiences pourront être palliées.

    2- Une évaluation « utilisateurs », dans laquelle la techno est évaluée en situation réelle auprès de l’usager. L’objectif est ici, de vérifier l’adaptation de la techno auprès de la population cible, d’apprécier le « service rendu », de faire émerger des pistes d’amélioration et de préciser le profil d’utilisateur. L’ergothérapeute mettra, alors en évidence les difficultés rencontrées par l’usager. Ses capacités d’analyse de situations enrichiront l’expertise et permettra de formuler des recommandations pour une version améliorée de la solution technologique.

    Voici donc un rôle singulier pour un ergothérapeute, ce rôle d’évaluateur de nouvelles technologie sort du cadre habituel.
    Le champ des nouvelles technologies dans le domaine du grand âge est en cours de structuration. L’ergothérapeute y est un acteur pertinent. Ses compétences professionnelles et sa polyvalence sont de réels atouts pour ce domaine en plein développement.

    egauthier@medialis.info
    01 47 83 74 78

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut