Journée Mondiale de Sensibilisation à la maltraitance des personnes âgées : découvrez la formation « Bientraitance » proposée par AMA Campus

AUTRES ACTUS ET INFORMATIONS SUR : FORMATIONS & CONSEILS

Festival SilverEco Bien Vieillir
Partager cet article

La maltraitance des personnes âgées n’est malheureusement pas un mythe. Que les violences soient intrafamiliales ou au sien d’établissements, ce fléau représente un risque réel pour nos aînés qui peut avoir des conséquences, physiques et/ou psychologiques, lourdes. Cependant, contrairement aux idées reçues certaines maltraitances sont plus liées à de la « mal-connaissance » qu’à une réelle pulsion de nuire. Pour former les professionnels, analyser et comprendre les situations du quotidien, Réseau AMA , via son organisme AMA Campus, a développé une « Formation Bientraitance ».

Afin de comprendre les atouts, les aboutissants et les enjeux de cette formation et à l’occasion de la Journée Mondiale de lutter contre la maltraitance des personnes âgées, la rédaction de Silvereco.fr s’est entretenue avec Murielle Verrière, formatrice AMA Campus dans le domaine médico-social, auxiliaire puéricultrice et aide soignante. L’occasion donc de faire le point sur la formation mais également sur ce sujet, parfois tabou, qu’est la maltraitance des personnes âgées.

Pour commencer, comment se déroule cette formation ?

AMA Campus propose plusieurs formations qui abordent diverses thématiques liées soit à l’accompagnement des enfants soit à celui des personnes âgées. Parmi elles, la formation ADVF (Assistance de Vie aux Familles) inclue des chapitres tels que la bientraitance, l’hygiène, l’aide au transfert, l’aide aux repas et aux courses... Les formations sont en ligne (e-learning).

Depuis la plateforme, les apprenants ont un réel suivi pédagogique qui comprend des classes virtuelles, des quizz, QCM, productions écrites et des corrections d’évaluations. L’ADVF est une formation titrante. Je les accompagne donc jusqu’au bout de ce titre en passant par la préparation du dossier professionnel et la préparation d’un examen blanc qui se déroule sur un plateau technique d’AMA Campus.

La formation Bientraitance peut être suivie seule, de manière indépendante, ou dans le cadre d’une formation ADVF qui comprend plusieurs modules.

Bientraitance - Services à la personne - Prendre soin

Comment est construite la « Formation Bientraitance » ?

C’est donc une formation e-learning qui se déroule sur une durée de 21 heures. Pendant cette période, les apprenants abordent des thèmes liés à la maltraitance et la bientraitance en approfondissant leurs connaissances sur les personnes âgées ou en situation de handicap.

Qui sont les apprenants ? La formation est elle ouverte à tous ?

Les apprenants sont généralement des professionnels qui sont déjà en activité et qui désirent approfondir certains axes pour se perfectionner. Les aidants familiaux peuvent aussi suivre cette formation sur la Bientraitance.

Quels sont les enjeux de cette « Formation Bientraitance » ?

C’est principalement de pouvoir définir les notions de « personnes » et de « professionnels ». C’est à dire être en capacité d’identifier les caractéristiques de la personne âgée et interpréter la posture professionnelle. La posture professionnelle comprend le lien professionnel qu’il faut développer avec la personne. Cette dernière est tout aussi importante, voire capitale, que les autres points abordés. En effet, elle permet d’analyser le processus de communication, d’en définir les atouts, les enjeux, pour pouvoir s’approprier cette communication professionnelle aussi bien au niveau des bénéficiaires que de leur entourage.

On aborde également les outils nécessaires pour une communication de qualité. : le savoir-être et l’empathie, sans être trop intrusif vis à vis de la personne. Mais cette communication n’est pas uniquement verbale. C’est aussi cet aspect là que nous soulignons à travers cette formation. En effet, un professionnel doit être en capacité d’analyser les besoins fondamentaux de la personne accompagnée en définissant les tâches lors des interventions, en s’organisant et en agissant ainsi pour préserver l’environnement.

Dans ce même but, il nous semble essentiel d’aborder la partie juridique fondée sur la charte des droits et de la liberté de la personne âgée dépendante ou en situation de handicap. Pour rendre concret cet aspect juridique, les apprenants analysent une situation préoccupante. Ils doivent identifier certains signes alarmants de maltraitances, les relever et les comprendre. Ensuite, nous passons à l’analyse du processus de signalement auprès des autorités compétentes.

Il y a un réel besoin de formation sur la thématique de la maltraitance/bientraitance ?

Oui c’est évident. Mais contrairement au rapport de la Défenseur des Droits, qui souligne une certaine ingérence et la maltraitance de la part des professionnels, je pense que la véritable problématique est plus vaste. La maltraitance -comme la bientraitance – démarre très vite et parfois une certaine méconnaissance du sujet ne permet pas de s’en rendre compte suffisamment tôt.

C’est pourquoi il est essentiel que les apprenants, ces professionnels, puissent être en capacité de se former, de prendre du recul pour analyser et améliorer leurs pratiques.

La maltraitance n’est pas toujours un acte volontaire ?

Pour la plupart des professionnels la maltraitance n’est pas volontaire et s’approcherait plus du domaine de la « mal-connaissance ». Le fait d’être confronter à des personnes difficiles ou de se sentir dépassé peut mener à des actes de maltraitance ou de négligence. Et, soyons honnête, le fait de rentrer dans une certaine routine peut également avoir un impact (baisse de vigilance, perte de motivation, épuisement professionnel…).

Maltraitance

Selon vous, cette « mal-connaissance » vient d’un manque de pédagogie envers les professionnels ?

Pour les plus anciens de ce métier, c’est principalement de la méconnaissance en effet, car cette notion de « bientraitance » est quand même assez récente. Ce sont des notions dont on a commencé à parler seulement dans les années 80/90. C’est à ce moment qu’on a commencé à faire attention à cet aspect du métier de l’aide à domicile et du service à la personne.

Pour les « nouveaux », c’est aussi compliqué car ils n’ont pas forcément été formés en profondeur sur cette thématique dans le cadre d’une formation générale. Pourquoi ? Souvent parce qu’on pense que dans une démarche d' »aide à la personne » c’est acquis. Mais non ! Comme tout, ça s’apprend, et cela tout au long de la vie.

Il y a un réel besoin d’apprentissage et de compréhension pour être dans une bientraitance active et professionnelle et partir sur de bonnes bases. Il est important de donner une autre facette à ces métiers et d’être capable de se remettre en question continuellement et de faire de la bientraitance un réel atout pour éviter la monotonie du quotidien.


Partager cet article

Publié par la Rédaction le


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page