World Elder Abuse Awareness Day 2021 : Journée Mondiale de lutte contre la maltraitance des personnes âgées

AUTRES ACTUS ET INFORMATIONS SUR : FAITS DE SOCIETE

Festival SilverEco Bien Vieillir
Partager cet article

La maltraitance des personnes âgées n’est pas un phénomène nouveau, mais malheureusement persistant ! Sous forme d’acte unique ou répété, d’inaction, d’attente à la confiance ou à la dignité, la mise en danger ou en détresse d’une personne âgée, la maltraitance prend divers visages. Ce type de violence peut aussi être physique, sexuelle, psychologique, financière, matérielle…. Pour lutter contre ces abus, la journée du 15 juin est consacrée à la lutte et à la sensibilisation de la maltraitance des personnes âgées : World Elder Abuse Awareness Day.

World Elder Abuse Awareness Day : Ce qu’il faut retenir selon l’OMS

  • Environ 1 personne sur 6 de 60 ans et plus a subi une forme de maltraitance en milieu communautaire au cours de l’année écoulée
  • Les taux de maltraitance des personnes âgées sont élevés dans les institutions telles que les maisons de soins infirmiers et les établissements de soins de longue durée, avec 2 employés sur 3 déclarant avoir commis des abus au cours de la dernière année.
  • Les taux de maltraitance des personnes âgées ont augmenté pendant la pandémie de COVID-19.
  • La maltraitance des personnes âgées peut entraîner de graves blessures physiques et des conséquences psychologiques à long terme.
  • La maltraitance des personnes âgées devrait augmenter car de nombreux pays connaissent un vieillissement rapide de leur population.
  • La population mondiale de personnes âgées de 60 ans et plus va plus que doubler, passant de 900 millions en 2015 à environ 2 milliards en 2050.

Le problème de santé publique prend de l’ampleur

Si la crise sanitaire a mis en lumière les personnes âgées et le personnel soignant ou encadrant, elle a aussi fait remonter les problèmes qui touchent les seniors. En effet, au sein de leur famille ou en établissement, trop de personnes âgées souffrent encore de maltraitance, qu’importe la forme. Une situation alarmante qui a même fait l’objet d’un rapport porté et présenté par la Défenseur des Droits, Claire Hédon.

Maltraitance

Déjà en 2017, une étude basée sur 52 autres études venant de 28 pays du monde estimait qu’au cours de l’année écoulée, 15,7% des personnes âgées de 60 ans et plus étaient soumises à certaines formes d’abus. Un chiffre élevé qui semble encore pourtant loin de refléter la réalité lorsque l’on sait que seulement 1 cas de maltraitance sur 24 est signalé. Dans une autre étude présentée par l’OMS basée sur 9 études issues de 6 pays qui ont effectué des auto-évaluations auprès du personnel d’établissements spécialisés, le résultat est sans appel. 64,2% du personnel reconnait avec commis une forme d’abus en 2016.

Les maltraitances envers les personnes âgées les plus souvent relevées

Prévalence globale15,7%Pas assez de données64,2 % ou 2 employés sur 3
Abus psychologique :11,6%33,4%32,5%
Violence physique:2,6%14,1%9,3%
Exploitation financière :6,8%13,8%Pas assez de données
Négligence:4,2%11,6%12,0%
Abus sexuel:0,9%1,9%0,7%
Source : OMS

Les stratégies mises en place pour lutter contre la maltraitance des personnes âgées

L’OMS prend très ce fléau très au sérieux et ne manque pas d’élaborer des stratégies pour prévenir ce type de maltraitance et en atténuer les conséquences. Cependant, le chemin est encore long. En effet, des programmes sont mis en place principalement dans les pays à revenu élevé alors que cette problématique touche tous les pays.

Affiche contre la maltraitance des personnes âgées

Parmi ces actions on relève :

  • des campagnes de sensibilisation du public et des professionnels
  • le dépistage (des victimes et des agresseurs potentiels)
  • des programmes intergénérationnels en milieu scolaire
  • des interventions de soutien aux aidants (y compris la gestion du stress et les soins de relève )
  • politiques de soins en établissement pour définir et améliorer les normes de soins
  • formation des soignants sur la démence

Afin de prévenir d’autres abus, l’OMS propose :

  • le signalement obligatoire des abus aux autorités
  • des groupes d’entraide
  • des refuges et des refuges d’urgence
  • programmes psychologiques pour les agresseurs
  • lignes d’assistance pour fournir des informations et des références
  • interventions de soutien aux aidants.

L’AD-PA s’engage et soutien cette journée importante du 15 juin : pour Pascal CHAMPVERT « le plus souvent à domicile pour les familles (où se déroulent 80 % des maltraitances contre 20 % en établissement), à domicile ou en établissement pour les professionnels, les difficultés (hormis les cas précédents) naissent de l’épuisement des uns et des autres ; ces actions involontaires s’apparentent plus à une insuffisante bien-traitance : prise en compte incomplète des attentes de la personne, délais trop longs dans la réponse, accompagnement trop rapide dans les actes quotidiens, écoute insuffisante…« 

Des aidants ou un personnel débordé, des actes involontaires qui relèveraient plus de la maladresse ou de la méconnaissance pour certains, le réseau AMA défend également cette idée. Et pour lutter contre la maltraitance la « Formation Bientraitance » a été développée : elle a pour but d’aider les professionnels à comprendre et analyser les situations du quotidien pour éviter toutes formes de maltraitance.


Partager cet article

Publié par la Rédaction le


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page