La position assise et la sédentarité accéléreraient le vieillissement des seniors

AUTRES ACTUS ET INFORMATIONS SUR : SANTE & E-SANTE

filiere silver economie international festival 2024
Solutions pour bien vieillir
Partager cet article

Une étude publiée dans la revue American journal of epidemiology révèle que les femmes de plus de 65 ans qui restent assises plus de 10 heures par jour disposent de cellules plus vieilles de 8 ans par rapport à celles qui s’activent. Menée auprès de 1 500 femmes âgées de 64 à 95 ans par des chercheurs américains de l’école de médecine de San Diego, cette étude prouve une nouvelle fois que l’activité physique a ses bienfaits.

Rester assis trop longtemps accélérerait le vieillissement

L’étude confirme les effets néfastes de la sédentarité, et plus précisément de la position assise pour les femmes. En effet, les femmes âgées de plus de 65 ans et sédentaires ont des cellules qui vieillissent plus vite que les femmes qui pratiquent une activité physique.

Les scientifiques américains ont remarqué que les femmes seniors qui restent sur un siège plus de dix heures par jour sont de « 8 ans plus vieilles »Â que les femmes plus actives.

Ils ont mesuré ce vieillissement à la longueur des télomères, des capsules situées à l’extrémité des brins d’ADN, et qui raccourcissent naturellement avec l’âge. Leur longueur est un indicateur de l’âge biologique, qui ne correspond pas toujours à l’âge chronologique. Ils ont ainsi découvert que ces télomères étaient plus longs chez les femmes qui bougeaient fréquemment au cours de leur journée.

Lire aussi : Les seniors pratiquant des activités physiques et cognitives auraient un plus grand volume de matière grise

La sédentarité, un véritable fléau

Solitude et isolement des seniorsNombreuses sont les études sur les méfaits de la sédentarité. Celle-ci augmenterait le risque d’insuffisance cardiaque, rendrait plus vulnérable face au diabète et serait même mauvaise pour la santé du foie, sans parler de l’isolement social progressif.

Les chercheurs américains, auteurs de l’étude, expliquent qu’il est nécessaire de travailler la souplesse de tous les muscles deux fois par semaine : « Nous devrions commencer à bouger dès que nous sommes jeunes, et l’activité physique devraient continuer à faire partie de notre vie quotidienne à mesure que nous vieillissons, même à 80 ans » insistent-ils.

Selon l’OMS, environ 3,2 millions de décès chaque année seraient attribuables au manque d’exercice.

Lire aussi : Un niveau d’activité trop faible pour nos seniors, selon une étude d’Attitude Prévention


Partager cet article

Cet article a été publié par la Rédaction le

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut