Tabac : les personnes âgées qui fument augmentent leur risque de mortalité par 3

AUTRES ACTUS ET INFORMATIONS SUR : SANTE & E-SANTE

Festival SilverEco Bien Vieillir
Partager cet article

Une étude, menée au National Cancer Institute (NIH) à Washington, s’est intéressée au risque de mortalité chez les seniors de 70 ans et plus lié au tabac. D’après leurs conclusions, fumer après cet âge augmenterait par 3 le risque de mortalité, par rapport aux non fumeurs.

cigarette-tabac - cancer - mort

Le sevrage tabagique : des effets positifs sur la santé

Le sevrage tabagique est bénéfique pour la santé, quel que soit l’âge de l’individu et quelle que soit la quantité de cigarettes habituellement fumées.

Dans cette étude du National Cancer Institute (NIH), les chercheurs expliquent qu’il n’est jamais trop tard pour arrêter de fumer, même si l’on fume énormément et depuis longtemps. Bien évidemment, plus tôt on arrête sa consommation, plus on réduit son risque de mourir.

Arrêter de fumer : diminuer les effets néfastes sur sa santé

On sait notamment qu’un an après avoir écrasé sa dernière cigarette, le risque d’infarctus diminue de moitié et celui d’avoir un AVC rejoint celui d’un non-fumeur.

cigarette-tabacAprès 5 ans sans fumer, le risque de cancer du poumon diminue quasiment de moitié.

Enfin, après 10 à 15 ans sans tabac, l’espérance de vie redevient identique à celle des personnes n’ayant jamais fumé.

Lire aussi : Moi(s) sans tabac : une campagne nationale pour inciter les citoyens à arrêter de fumer

Plus facile d’arrêter de fumer à 70 ans qu’à 30 ans ?

Selon divers cardiologues, il est important de lutter contre cette idée reçue qui sous-entend que le sevrage tabagique n’est pas fait pour les seniors. Selon eux, il n’est jamais trop tard pour tenter d’en finir avec la dépendance au tabac.

« Il semblerait que les plus de 60 ans aient la même capacité à arrêter de fumer que les plus jeunes », indique Daniel Thomas. Néanmoins, on constate que plus le sevrage est tardif, plus la motivation est forte. En effet, cette génération a été élevée dans une culture de persévérance. Lorsqu’ils s’engagent à arrêter de fumer, ils se donnent tous les moyens pour réussir.

Lire aussi : Alzheimer : la nicotine pourrait protéger le cerveau de la maladie d’après une étude


Partager cet article

Publié par la Rédaction le


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page