Maintien de la retraite à 60 ans : les Polynésiens dans la rue

AUTRES ACTUS ET INFORMATIONS SUR : RETRAITE

Partager cet article

Une manifestation contre une réforme des retraites en Polynésie française a dernièrement rassemblé à Papeete près de 4 000 personnes selon la police, et 8 000 selon l’intersyndicale à l’origine du mouvement.

Polynésie - Personnes âgées - Seniors - Retraite à l'étranger

Ça coince pour financer les retraites en Polynésie

Des grévistes polynésiens ont protesté cette semaine contre la réforme de la retraite, qui prévoit notamment de repousser à 62 ans l’âge de départ à la retraite, contre 60 ans aujourd’hui.

Selon le président de la Polynésie française, Edouard Fritch, la collectivité autonome d’outre-mer ne sera bientôt plus en mesure de financer ses retraites. Ce dernier a donc proposé de repousser l’âge de départ à la retraite de 60 à 62 ans. « Mathématiquement, il est prouvé que dans deux ans, maximum trois ans, nous aurons épuisé toutes les réserves de nos retraites« , a-t-il déclaré sur TNTV pour justifier l’urgence de cette réforme.

Grève - Manifestation - MobilisationLes manifestants, contre cette réforme, ont forcé l’une des entrées de l’hémicycle quelques heures après la marche. Des policiers en tenue anti-émeute se sont rapidement interposés mais les manifestants sont restés plus de deux heures dans les tribunes des spectateurs, patientant dans le calme et haranguant l’assemblée au-dessus d’une vingtaine de policiers.

Lire aussi : Palmarès 2017 des meilleures destinations pour prendre sa retraite

Vers un éventuel maintien de l’âge légal de la retraite ?

Après cette deuxième manifestation de la semaine, Edouard Fritch a proposé de maintenir « l’âge légal de la retraite à 60 ans en 2019, et de renvoyer les modifications aux propositions que nous fera le COSR » à l’Assemblée de la Polynésie française, où devait être votée la réforme.

Le Conseil d’orientation et de suivi des retraites (COSR) dans lequel siégeront des syndicalistes, devrait permettre de renvoyer ce dossier après les élections territoriales, dont le premier tour aura lieu le 22 avril 2018. Edouard Fritch a également annoncé que ministres et élus à l’Assemblée de la Polynésie française cotiseraient à la caisse de retraite locale, ce qui n’était jusqu’à présent pas le cas.

Visionner le reportage de Polynésie la 1ère :

Lire aussi : Brésil : vers un projet de réforme des retraites ?


Partager cet article

Cet article a été publié par la Rédaction le


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut