« Municipales : un enjeu pour les aidant.e.s » Tribune du Collectif Je T’aide

Festival SilverEco Bien Vieillir
Partager cet article

La France compte aujourd’hui plus de 11 millions d’aidant.e.s, qui accompagnent un proche malade, en perte d’autonomie ou en situation de handicap. Ils sont aujourd’hui les grands oubliés des politiques publiques. Et pourtant, ils ont besoin d’aides, de soutien, de répit. En pleine campagne électorale, le Collectif Je t’Aide, qui rassemble 28 structures engagées au quotidien auprès des aidant.e.s, interpelle les candidats aux municipales pour qu’ils mettent en place un programme de soutien local pour les aidant.e.s.et publie une tribune.

Nous avons été, nous sommes ou nous serons tou.te.s aidant.e.s un jour.

Depuis 2019 le sujet des aidants est de plus en plus médiatisé, politisé, notamment avec le lancement d’une stratégie de mobilisation et de soutien des proches aidants : le « plan aidant 2020-2022 » lancé en octobre dernier. Demain vous serez aux commandes de villes, au contact direct avec des publics fragilisés par le grand âge, le handicap, la maladie, et leurs aidant.e.s : vous devrez jouer votre rôle et les prendre en compte. Les 11 millions d’aidant.e.s attendent un engagement fort de la part des candidat.e.s aux prochaines municipales.

Je t’Aide

L’association Je t’Aide rassemble un collectif de 28 structures engagées au quotidien auprès des aidant.e.s, ces 11 millions de personnes qui s’occupent d’un proche qui perd son autonomie, du fait de l’âge, d’un handicap, d’une maladie.

Les prochaines municipales doivent s’adresser (aussi) aux aidant.e.s

Les 15 et 22 mars prochain auront lieu les élections municipales. Les aidant.e.s, qui émergent comme force politique majeure, auront l’occasion d’entendre les propositions des candidat.e.s de leurs villes pour les soutenir, et ces propositions des candidat.e.s seront déterminantes quant au choix du bulletin qui sera mis dans l’urne.

Nous, Collectif Je t’Aide, demandons aux candidat.e.s de prendre dès aujourd’hui position publiquement pour les aidant.e.s, en s’engageant sur un programme de soutien local.

Aidant - Aider les autres - Famille - Lien intergénérationnel

Les aidant.e.s sont un enjeu sociétal

Les aidant.e.s sont la colonne vertébrale de notre système de santé. Pour beaucoup, l’aide prodiguée rime avec épuisement et précarité : 21% des aidant.e passent 20 heures par semaine et plus à s’occuper d’un proche, dont 12% aident 40 heures et plus1. Cette population d’aidant.e.s est une population à risque d’épuisement. Qu’en sera-t-il demain si nous n’écoutons pas aujourd’hui leurs appels au secours ?

L’avancée en âge de la population, le manque de places dans les établissements médico-sociaux pour les adultes lourdement handicapés, le coût des EHPAD, le désir de vieillir à domicile, la chronicisation des maladies, sont autant d’enjeux face auxquels les aidant.e.s seront en première ligne.

L’oubli des aidant.e.s dans les politiques publiques les impacte fortement

Des élu.e.s qui ignorent les besoins et les demandes des aidant.e.s, ce sont des politiques publiques qui participent à leur précarisation , qu’elle soit financière, sociale, professionnelle et qui exposent les aidant.e.s à une possible dégradation de leur santé. Ce sont des politiques publiques qui acceptent que des enfants et des adolescent.e.s sacrifient leur scolarité, des jeunes leurs études, qui acceptent que des adultes, majoritairement des femmes, soient obligées de mettre en pause ou en arrêt définitif leur carrière professionnelle.

Nos demandes

Nous demandons la création ou le déploiement de solutions pour les aidant.e.s : transports, soins, aide à domicile, actions pour lutter contre l’isolement social et la précarisation des aidant.e.s.

Nous devons simplifier le labyrinthe administratif dans lequel tant d’aidant.e.s se perdent et ouvrir des points d’information accessibles, identifiés, ouverts sur les autres acteurs du territoire. Toute Mairie doit être en mesure d’orienter les aidant.e.s vers tous les soutiens locaux.

Nous devons créer des villes où les aidant.e.s pourront prendre un peu de temps pour eux.elles, pour souffler en toute confiance, en créant des dispositifs de répit pour les aidant.e.s, d’accueil de jour pour les proches aidé.e.s, d’aide à la mobilité, d’accès à la culture à moindre coût.

Nous devons encourager tous les dispositifs qui permettent aux aidant.e.s de concilier l’aide prodiguée avec une activité professionnelle, afin que l’aide ne les assigne plus à domicile.

Nous pensons que les futures équipes municipales devraient se doter d’une délégation aux aidant.e.s, avec par exemple la création d’un poste d’adjoint.e au maire qui serait l’interlocuteur.trice privilégié.e pour toutes les questions liées aux droits et aux aides existantes, qui centraliserait les recours et les informations, serait en charge de la formation du service public, ferait le lien avec les bailleurs sociaux pour les aménagements de domicile ou encore avec les associations ou professionnel.le.s pour l’apprentissage des bons gestes, les formations etc. Chaque commune, selon ses spécificités propres, doit se demander : « comment puis-je être une ville aidant.e? »

Relation aidant aidé
Crédit : Photographee.eu / Shutterstock.com

Conclusion : aux futur.e.s maires de bâtir les premières villes amies des aidant.e.s

Nous devons créer la société qui donnera leur juste place aux 11 millions d’aidant.e.s d’aujourd’hui et de demain, avec une vraie reconnaissance, un vrai statut, de vrais droits.

Il s’agit bien d’une urgence sociale et sociétale . Les citoyen.ne.s ont tout intérêt à exiger des candidat.e.s qu’il.elle.s se positionnent sur un programme à la hauteur de ce défi sociétal, qui concentre les questions de citoyenneté, de solidarité, de fraternité et de justice, autant de thèmes qui reviennent systématiquement dans les programmes des campagnes électorales. Nous demandons donc aux candidat.e.s aux municipales 2020 de s’engager, à nos côtés, aux côtés des 11 millions d’aidant.e.s.


Partager cet article

Publié par la Rédaction le


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page