Covid-19 : La FHF demande une « union sanitaire sacrée » pour éviter la catastrophe sanitaire

AUTRES ACTUS ET INFORMATIONS SUR : SANTE & E-SANTE

Festival SilverEco Bien Vieillir
Partager cet article

Si lors de son discours de lundi soir le Chef de l’Etat a présenté le combat contre l’épidémie de Covid-19 comme une véritable « guerre sanitaire » et a appelé l’ensemble de la nation à rester confiné le plus possible, des inquiétudes relatives aux réactions de la population demeurent au sein de la communauté hospitalière. Pour la FHF, actuellement, le confinement s’avère être le seul moyen de freiner la propagation du virus, de limiter les cas graves mais aussi de sauver des vies !

Alors que les établissements sont actuellement confrontés à une croissance permanente du nombre de cas et que les soignants sont déjà surchargés, notamment dans les régions Grand Est et Ile de France, les faits tendent encore à s’aggraver dans les jours à venir.

Ainsi, il en va de la responsabilité de chacun de respecter les mesures annoncées par le gouvernement. C’est pourquoi la FHF appelle chacun d’entre nous à respecter impérativement les consignes de confinement pour ne plus mettre de vies en danger et risquer de saturer les hôpitaux publics.

Recherche médicale et chercheur

Les hospitaliers sont véritablement en guerre à l’heure actuelle et attendent de la population une union sanitaire sacrée pour leur permettre de lutter contre cette épidémie. Ces restrictions auront un véritable impact sur l’avancée de l’épidémie dans les prochains jours et le personnel hospitalier ne pourra plus lutter efficacement sans la bonne volonté et l’engagement de chacun.

Nous sommes désormais passés à un nouveau stade dans cette épidémie et, pour certains de nos établissements, nous parlons de médecine de guerre. La population doit impérativement prendre la mesure de la gravité de la situation. En restant confiné chez soi, chaque Français se met au combat et participe à la lutte contre ce virus invisible. C’est aujourd’hui le bouclier le plus efficace qui permettra à nos établissements de soigner le plus grand nombre et d’éviter de devoir faire des choix entre les victimes déclare Frédéric Valletoux, Président de la FHF.


Partager cet article

Publié par la Rédaction le


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page