[Enquête] Financement de la perte d’autonomie : inquiets, les Français anticipent la mise en place de sources de financement multiples

AUTRES ACTUS ET INFORMATIONS SUR : AUTONOMIE & DEPENDANCE

Festival SilverEco Bien Vieillir
Partager cet article

Les résultats de l’enquête qualitative et quantitative du Cercle Vulnérabilités et Société portant sur le financement des politiques de prévention et de prise en charge de la perte d’autonomie font apparaître un désir de faire évoluer le modèle vers davantage de responsabilisation individuelle et sociale.

Réalisée pour compléter les réflexions sur la prise en charge de la perte d’autonomie et l’établissement d’une 5ème branche de la Sécurité Sociale, l’enquête du Cercle V&S « Les Français face au financement de la perte d’autonomie » vise à mieux comprendre le niveau de connaissance et d’attentes de la population et son degré d’acceptation quant aux solutions pouvant être proposées.

Une enquête conduite en deux temps

Pour mener à bien cette enquête, deux phases ont été définies. Une première d’ordre qualitative préparatoire. Elle a été menée entre juin et juillet 2020 par le Cercle V&S. La seconde, menée en août 2020 était quantitative. Elle a été réalisée par l’institut ODOXA auprès d’un échantillon représentatif de la population française.

retraite-age-emploi-réflexion-retraité

Des résultats significatifs

Cette enquête a permis d’identifier principalement :

  1. Une grande inquiétude se traduisant par une approche émotionnelle et un fort niveau d’attentes.
  • Ils sont ainsi plus de 92% à juger que la perte d’autonomie est une question de société importante. Elle constitue même pour 85% un motif de crainte.
  • Le financement de la perte d’autonomie est placé par les Français dans les 4 premières priorités parmi les politiques publiques liées à la santé et à la protection sociale. Cette question témoigne d’un divorce dans l’opinion entre la gravité du sujet et le faible niveau perçu d’anticipation des politiques (dénoncé par 68% des Français).
Mobilité -Dépendance - Perte d'autonomie - Dépendance
  1. Un niveau important d’adaptation et de résilience qui autorise des changements éventuellement profonds du modèle de financement comme de prise en charge. On relève notamment :
  • Le rejet des solutions reposant sur l’augmentation des prélèvements obligatoires actuels (66% opposés à l’augmentation des impôts progressifs, 83% opposés à l’augmentation des taxes à taux fixe), mais ouverture à l’idée de taxer des publics ciblés (entreprises, certains types de comportements, etc.)
  • Un financement principalement guidé par le principe de solidarité (46%) avec un principe d’égalité qui prend une importance significative (36%). L’introduction d’une dose de proportionnalité (17%), en résonnance avec l’affirmation de la responsabilisation individuelle, est plus faiblement envisagée de manière complémentaire
  • L’acceptation d’un principe de réduction des dépenses de prise en charge, s‘agissant notamment du remboursement dégressif des soins liés à la perte d’autonomie selon les revenus (64%) ou la mise en place de services de type low cost moins coûteux (63%)

Lire l’enquête : les Français face au financement de la perte d’autonomie

  • Un intérêt croissant pour les modèles de type prévoyance collective et individuelle et assurantiel (74% des Français valident la possibilité de contracter volontairement une assurance perte d’autonomie, isolée ou incluse dans les contrats de santé ; 59% sont favorables à une prévoyance individuelle obligatoire tout au long de la vie active).
  • La montée en puissance de la responsabilisation au niveau personnel. Les Français considèrent que la question de la perte d’autonomie les engage directement et concrètement, ce qui se traduit par un intérêt accru pour les financements volontaires, mais aussi par une forte disposition à l’engagement solidaire (75% de la population prête à accompagner quotidiennement un proche âgé dépendant et 46% à s’investir bénévolement pour des tiers).
  • Des leviers d’actions utiles à l’élaboration de scénarios de financement, à envisager sous l’angle d’une réponse mixte

3. Des leviers d’actions utiles à l’élaboration de scénarios de financement, à envisager sous l’angle d’une réponse mixte

  • Levier d’action n°1 : ajustement du modèle de financement « classique », s’appuyant notamment sur l’élargissement à des dispositifs assurantiels et de prévoyance individuelle et collective.
  • Levier d’action n°2 : une nécessaire évolution de la prise en charge de la perte d’autonomie pour optimiser la dépense globale.
  • Levier d’action n°3 : instauration d’une forme de Service Universel de prise en charge de la perte d’autonomie, permettant d’offrir un niveau de couverture minimal que chacun est à même de compléter individuellement.
Patrimoine - Viager - Argent - Immobilier
  • Levier d’action n°4 : accroissement de l’engagement personnel, notamment en améliorant la situation des aidants, en incitant les familles à mobiliser leurs ressources, et en encourageant l’écosystème de proximité des personnes âgées en perte d’autonomie. Quels que soient les leviers actionnés, et le scénario retenu in fine, une politique d’investissement dans la recherche et l’innovation technologique et sociale (levier transverse) devrait être favorisée, approche jugée comme la plus à même de répondre à l’enjeu de la perte d’autonomie par 43% des Français.

Partager cet article

Publié par la Rédaction le


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page