Résidence les Gabres à Cannes : un EHPAD signé Pierre Henri Bouchacourt

Festival SilverEco Bien Vieillir
Partager cet article

La nouvelle résidence Les Gabres, située à Cannes, a été livrée en avril 2014 par le Studio PH2B. Il s’agir aujourd’hui d’une des plus importantes résidences pour personnes dépendantes en France.

Le bâtiment a été dessiné par l’architecte Jean-Claude Cadier et son aménagement a été pensé par Pierre Henri Bouchacourt, architecte d’intérieur spécialisé dans les résidences pour personnes âgés dont il a su changer les codes.

Cet Ehpad est porté par l’Association œcuménique d’accompagnement pour personnes âgées et réfugiés (Aoapar), fondée au départ pour loger la population russe exilée aux modestes revenus.

La plus grande résidence de la région PACArésidence les Gabres

La nouvelle résidence les Gabres de Canne résulte de la fusion de deux établissements réunis pour pouvoir accueillir plus de personnes âgées dépendantes tout en respectant la mission de l’Aoepar : rester accessible pour tous et mixer toutes sortes de pathologies.

C’est l’architecte Jean-Claude Cadier a pris les rênes de ce grand projet : un Ehpad d’environ 14 000 m2, pouvant accueillir 231 lits, dont 84 réservés aux malades atteints d’Alzheimer.

Le Studio PH2B s’est chargé de l’architecture intérieure en travaillant sur 4 thèmes :

  • La Russie (rez de chaussée),
  • les peintres du19 siècles (hommage à Matisse, Chagall et Picasso au premier étage),
  • la musique (au deuxième étage, le music-hall, Sinatra, Fred Astaire, Mistinguett)
  • le cinéma (au troisième étage avec des photos de comédiens dont Brigitte Bardot).

« cela fait 10 ans que l’association a décidé de reconstruire les Gabres » déclare Eliane Gérardin, directrice de la résidence, « il aura fallu  des années de travail, de réflexions. On est sur le projet depuis 4 ans avec l’architecte Monsieur Jean-Claude Cadier. Nous avions beaucoup de contraintes et avec Monsieur Cadier, l’architecte, ainsi qu’avec pierre-Henri Bouchacourt, nous avons vraiment  travaillé main dans la main pour mener à bien ce grand projet. »

Une architecture soignée

Dans le hall d’accueil, de très grandes baies vitrées, ornées de grands oiseaux bleus aux ailes déployées, clin d’œil à Matisse, laissent entrer la lumière du jour. On retrouve les oiseaux bleus sur les murs ainsi qu’au premier étage.
Le mobilier est contemporain est coloré, composé de fauteuils de chez Ligne Roset dont les couleurs rappellent les murs (beige foncé) et les oiseaux, dans des dégradés de bleus.

« On voulait faire la maison de retraite idéale. On savait ce dont on ne voulait plus pour le bien des résidents et celui du personnel » commente Eliane Gérardin.résidence les Gabres-2

Une suspension en verre et leds créée par Transverso orne le hall, faisant écho à la fontaine extérieure se trouvant dans la perspective du hall. Dans le fond, un mur lumineux éclaire une fresque réalisée par le Studio PH2B et créée par Osmose sur un sticker géant, relatant l’histoire des Gabres accueillant les exilés russes.
Au-dessus de la fresque, des objets ayant appartenu à d’anciens pensionnaires russes de la résidence médicalisée sont exposés dans des casiers.

Le studio PH2B orchestré par Pierre Henri Bouchacourt a su changer les codes pour livrer une résidence aux multiples détails, mêlant modernité et clins d’œil au passé des Gabres.

« Ce que nous nous sommes efforcé de faire avec l’aide de Pierre-Henri et celle des résidents avec lesquels nous avons échangé pour prendre en compte leurs attentes. Cette résidence avait un vécu, une histoire qu’il fallait absolument que l’on retrouve, Pierre Henri, à travers son travail, a réussi à transposer cette âme.
Nous sommes la plus grosse résidence en région Paca, notre bâtiment est énorme, et l’une de mes priorités était aussi de faire de ce lieu un endroit agréable dans lequel les résidents ne se sentent pas perdus. Nous y sommes arrivés, nos résidents s’y sentent bien. »


Partager cet article

Publié par la Rédaction le


1 réflexion sur “Résidence les Gabres à Cannes : un EHPAD signé Pierre Henri Bouchacourt”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut