Télémédecine : un potentiel de 2,6 milliards d’euros d’économies annuelles

Festival SilverEco Bien Vieillir
Partager cet article

2,6 milliards d’euros d’économies annuelles potentielles grâce à la télémédecine ! Ce chiffre vient d’IBM Santé et a été publié dans lefigaro.fr, explications.

Diabète, insuffisance rénale ou cardiaque, hypertension artérielle… Les maladies chroniques, dont la prévalence a tendance à augmenter avec l’âge, nécessitent des soins en continu. Entre consultations et actes médicaux divers, le coût de la prise en charge s’avère colossal pour notre système de santé. En plein développement, la télémédecine s’impose aujourd’hui comme une réponse convaincante à cette problématique.

Télé-santé : définition et applications

Qu’il s’agisse de la télémédecine, de la télésurveillance ou des consultations à distance, les pratiques rassemblées sous le terme de « télé-santé » reposent sur l’utilisation d’un même outil : les technologies d’information et de communication. Grâce à elles, les actes médicaux courants (soins à domicile, déplacement des patients d’un service à l’autre, consultations) comme la durée des séjours en hôpitaux sont considérablement limités. Les dispositifs de télésurveillance, par exemple, permettent de réduire le nombre de visites à domicile superflues. Il est désormais possible de n’intervenir que lorsque la situation le nécessite. L’avènement du numérique rend aujourd’hui possible de véritables exploits, comme des opérations à distance, grâce à des instruments d’imagerie et de robotique permettant d’obtenir une image « en réalité augmentée », d’une précision et d’une netteté incomparables.

Des milliards d’euros d’économie annuelle grâce à la télémédecine

En France, trente maladies chroniques ouvrent des droits à l’Assurance maladie pour l’obtention de l’ALD, qui permet au patient d’être remboursé à 100 % pour ses dépenses de soins. Encore plus rapide que le vieillissement de la population, la hausse de l’incidence de ces maladies (un peu moins de 6 % en moyenne sur dix ans) a des répercussions considérables sur le système de santé. On estime néanmoins que la prise en charge des quatre principales maladies chroniques – diabète, hypertension artérielle, insuffisance rénale, insuffisance cardiaque – pourrait être réduite de 2,6 milliards d’euros par an à l’horizon 2020, et ce grâce à la télémédecine. À elle seule, l’application de la télésurveillance aux Français souffrant de diabète suffirait à économiser 925 euros par personne et par an, soit 647,6 millions d’euros par an (chiffres IBM Santé).

Une perspective qui a de quoi convaincre les plus sceptiques des membres du corps médical, encore réservés sur l’efficacité de la télémédecine comme solution au problème de la démographie médicale.

> Source : « 2,6 milliards d’euros d’économies annuelles grâce à la télémédecine » sur www.lefigaro.fr


Partager cet article

Publié par la Rédaction le


2 réflexions sur “Télémédecine : un potentiel de 2,6 milliards d’euros d’économies annuelles”

  1. La télémédecine est l’avenir de certaines souffrances, en terme de coût, de gestions du nombre de patients, et de démographie médicale. Un encadrement efficace de la télé-santé sera selon moi une grande évolution pour tous.

  2. La télémédecine, autorisée en France depuis le décret n° 2010-1229 du 19 octobre 2010, est en effet promis à un bel avenir. Pour les patients, elle apporte confort et praticité. Pour les médecins et professionnels de santé, celle-ci est vu comme une avancée au service de la santé, des patients et de notre système de soin.
    Il faut la promouvoir, pour qu’elle se démocratise aux chevets de tous, pour une meilleure prise en charge dans son parcours de soin.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page