Une étude américaine révèle des liens entre stress et perte de mémoire

AUTRES ACTUS ET INFORMATIONS SUR : INTERNATIONAL

Festival SilverEco Bien Vieillir
Partager cet article

Une nouvelle étude menée par l’université de l’Iowa révèle un potentiel lien entre les hormones du stress et la perte de la mémoire à court terme.

L’étude, menée par les chercheurs de l’université américaine de l’Iowa et publiée dans le « Journal of Neuroscience« , montre qu’avoir des taux élevés de cortisol, une hormone naturelle dont le taux augmente dans le corps lorsque l’on ressent du stress, peut mener à des pertes de mémoire dès lors qu’on avance en âge.

Un lien établi entre le stress et la perte de la mémoire à court terme chez les personnes âgées

Le cortisol est une hormone importante, secrétée dans des états de stress. Elle a des effets bénéfiques sur le corps lorsque mémoireson taux augmente pour une courte durée, rendant les individus plus alertes.

Cependant, les pics de cortisol élevés et continus qui surviennent lorsqu’un individu est exposé à une période de stress intense peuvent avoir des conséquences négatives, comme l’ont montré de nombreuses études (anxiété, troubles digestifs, pression artérielle élevée, prise de poids…).

Une étude menée par des chercheurs de l’université d’Iowa montre le lien entre les taux élevés de cortisol et la perte graduelle de synapses dans le cortex préfrontal, qui est le siège de la mémoire à court terme.

« Les hormones du stress peuvent mener à l’altération du cerveau », explique le Dr Jason Radley, qui a participé à l’étude « La mémoire à court terme peut « s’éroder » en raison d’un trop grand taux d’hormones du stress ».

Les premiers effets négatifs du stress sur la mémoire à court terme se manifesteraient aux alentour de l’âge de 65 ans.

« Bien que préliminaires, les résultats de la recherche laissent à penser que la perte de la mémoire à court terme avec l’avancée de l’âgée peut être ralentie ou prévenue par des traitements qui font baisser les niveaux de cortisol chez les personnes à risque », contiue le Dr Radley.

De tels traitements pourraient donc être utilisés en prévention chez les personnes présentant des taux de cortisol élevés en raison d’une dépression, de stress post traumatique… .


Partager cet article

Publié par la Rédaction le


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page