3 idées reçues sur le deuil digital

AUTRES ACTUS ET INFORMATIONS SUR : FAITS DE SOCIETE

Festival SilverEco Bien Vieillir
Partager cet article

Funérailles sur zoom, vidéos commémoratives ou encore livres d’or en ligne… Le deuil digital s’est démocratisé surtout ces derniers mois et de tous nouveaux rituels virtuels en matière d’hommages aux personnes disparues ont émergé sur la toile. Les temps changent, les mœurs évoluent et la manière d’appréhender la mort est aujourd’hui en pleine mutation. Afin d’exposer certaines idées reçues qui persistent encore en 2022, Alanna, la première plateforme sociale du souvenir et du deuil présente 3 préjugés infondés qu’il est temps d’oublier. 

alanna

Le digital nuit aux relations humaines 

Naturellement, le deuil est un événement pour lequel les proches ont besoin de se réunir physiquement pour trouver du réconfort et manifester leur soutien. Malheureusement, il n’est pas toujours possible de se déplacer : soit à cause de la distance, soit pour des raisons de santé, ou encore d’organisation ou de circonstances. Aussi, un deuil se vit dans la durée, et pas seulement la semaine qui suit le décès. C’est pour toutes ces raisons que le digital est important, en permettant l’inclusion plutôt que l’exclusion.

On a tendance à penser que le digital et les réseaux sociaux sont superflus et inappropriés dans ces circonstances, et que seules les relations physiques comptent.  Pourtant ces deux mondes sont aujourd’hui profondément entremêlés dans notre quotidien. En effet, il ne faut pas opposer le digital au physique, mais au contraire, associer le digital à la présence… Car rassembler les proches autour d’une personne défunte vient renforcer la dimension familiale et les interactions et cela permet à tout le monde de pouvoir participer et se montrer présent.

Les bénéfices du digital sont nombreux : trouver de l’information, entretenir la mémoire, communiquer facilement, informer rapidement, centraliser les hommages, échanger et partager des souvenirs, trouver des professionnels …. et il existe des plateformes adaptées pour cela, comme Alanna par exemple.

Laisser ses volontés et anticiper sa mort n’est pas “glauque”

Selon l’étude du crédoc de 2019 (Source : Les Français et les obsèques, CSNAF-CREDOC 2019), 48% des français anticipent leur décès en laissant des instructions ou des recommandations.

Les tendances du secteur révèlent une volonté de plus en plus forte de cérémonie plus personnalisée, intime, avec une progression des cérémonies civiles (64%), et des crémations, allant jusqu’à la dispersion des cendres (55%) pour ne pas “embarrasser” la famille.

Parce que les mentalités changent, les mœurs évoluent, les situations familiales le nécessitent (divorce, pacs, famille recomposée, ….) il est extrêmement important de laisser des consignes de son vivant. C’est à la fois plus rassurant, pour soi, mais également pour les autres car on a l’esprit déchargé d’un fardeau, et c’est aussi la garantie de mettre à l’abri ses proches et d’avoir une fin de vie à son image.

Exprimer ses volontés permet de parer à toutes les éventualités, libère la parole et décharge l’esprit. Ne partons-nous pas en vacances l’esprit plus tranquille quand tout est organisé ? C’est la conviction d’Alanna qui propose un espace personnel, intime et confidentiel qui permet entre autres d’anticiper sa succession et de laisser ses volontés.

Le mémorial en ligne n’est pas réservé qu’aux célébrités 

On trouve toujours tous hyper pratique les recherches sur internet. Si l’on veut découvrir la vie ou la biographie d’une personne publique ou d’une personnalité célèbre : chanteur.se, acteur.rice, homme/femme politique, chercheur.seuse, … il suffit d’interroger “google” et toutes les réponses tombent. Mais les choses se compliquent lorsqu’il s’agit de savoir qui était votre grand-père, votre arrière-grand-mère… alors que finalement, on mérite tous d’avoir une trace de nos vies. Elles sont, pour la famille, bien plus importantes, et permettent de transmettre le souvenir de génération en génération.

Une fois renseignées sur un site, les histoires se conservent, peuvent être alimentées, et partagées. On peut ainsi commencer à tisser sa généalogie, comprendre d’où l’on vient. Les carnets de bord dans les tables de chevet, c’est bien, mais malheureusement, la plupart du temps, cela meurt au fond d’un tiroir.  À la manière d’une personnalité publique qui possède sa propre page wikipédia, on peut tout à fait mettre en lumière la vie de l’être perdu et créer un patrimoine et un héritage culturel autour de ce dernier. Nous avons tous un vécu, fait des rencontres, partagé des choses et créé des liens avec les autres au cours de notre vie. C’est pour célébrer les vies, et entretenir le souvenir que Alanna s’est fondée, en offrant à tous, un lieu de mémoire unique et intemporel.

Finalement, le deuil en 2022, c’est remettre la vie au cœur du processus et la célébrer, c’est bénéficier de services nouveaux et intergénérationnels, c’est faire tomber des tabous et oser dire. C’est pour cette raison qu’Alanna est née avec l’ambition de répondre aux nouveaux besoins des familles endeuillées et également de les soulager de toute l’organisation et des formalités administratives pour qu’elles puissent se concentrer sur l’essentiel : le souvenir de la vie et le soutien.  


Partager cet article

Publié par la Rédaction le


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut