Rapport « Vieillir en bonne santé » : Les mesures de l’axe 1 détaillées

AUTRES ACTUS ET INFORMATIONS SUR : POLITIQUE

AUTRES ACTUS ET INFORMATIONS SUR : AUTONOMIE & DEPENDANCE

Festival SilverEco Bien Vieillir
Partager cet article

Présentée le jeudi 16 janvier par Agnès Buzyn, cette stratégie globale pour prévenir la perte d’autonomie est composée de 18 mesures réparties en 4 axes. Découvrez le détail des 3 mesures de l’axe 1 : Promouvoir la prévention tout au long de la vie pour repousser la perte d’autonomie.

Axe 1 : Promouvoir la prévention tout au long de la vie pour repousser la perte d’autonomie

Le besoin de changement

La bonne santé se construit tout au long de la vie. C’est tout le sens de l’ambition du Gouvernement en matière de prévention, et c’est pour cela que la France s’est dotée en 2018 d’un plan « priorité prévention » agissant sur tous les déterminants de santé. Cela va de l’obligation vaccinale protégeant de maladies infectieuses lourdement handicapantes ou mortelles à des actions de promotion de l’activité physique tout au long de la vie et y compris pendant la maladie.

La stratégie « Vieillir en bonne santé » s’inscrit dans la continuité de ces efforts en mettant un accent fort sur un message simple et essentiel : protéger sa santé grâce à la prévention, c’est protéger son autonomie à long terme.

Car la perte d’autonomie n’est pas liée à l’âge mais à une ou plusieurs maladies chroniques comme une maladie cardiovasculaire, un diabète, une obésité, une insuffisance respiratoire qui sont elles-mêmes liées à des déterminants de santé connus : tabac, alcool, nutrition inadaptée, activité physique insuffisante et comportement sédentaire. Les facteurs environnementaux impactant la santé font par ailleurs l’objet de recherches.

Pour faire passer ce message, la stratégie propose de nouvelles actions de communication et d’éducation à la santé, dans le cadre général de l’action du Gouvernement en matière de prévention. Elle propose aussi de renforcer les actions de prévention à deux moments-clés de la vie d’adulte : le passage des 40/45 ans et le passage à la retraite.

Lire aussi : Loi grand âge et autonomie : Une stratégie globale pour prévenir la perte d’autonomie

Les mesures

Mesure 1 :

Le lancement par Santé publique France d’une application en santé « avancer en âge en bonne santé », offrant une auto-évaluation de ses besoins, des conseils opérationnels et des orientations personnalisées pour une prévention renforcée à 40-45 ans, fin 2020.

Une application pour renforcer la prévention à 40/45 ans

L’application, développée par Santé publique France guidera les personnes pour aller vers des comportements de vie sains, à petits pas, simples, accessibles, partant des habitudes de vie de chacun.

Elle visera à agir sur la prévention des maladies chroniques au cours de cette deuxième moitié de vie mais aussi à prévenir les troubles neurocognitifs qui représentent la cause principale de perte d’autonomie.

En effet, les avis d’experts et notamment celui du Haut Conseil de la santé publique sur la prévention de la maladie d’Alzheimer ou apparentées concordent sur la nécessité d’amplifier la prévention de la perte d’autonomie en agissant dès le milieu de la vie (40-45 ans) : les déterminants des troubles neurocognitifs sur lesquels il est possible d’agir sont communs aux principales maladies chroniques non transmissibles (activité physique et sédentarité, alimentation, réduction des habitudes toxiques, etc…).

Mesure 2

La montée en puissance d’un rendez-vous prévention au moment du départ à la retraite, avec la contribution des caisses d’assurance maladie et de retraite (CNAM, CNAV, CCMSA, AGIRC-ARRCO), dès 2020.

Le rendez-vous de prévention au moment du départ à la retraite

Annoncée lors du comité interministériel pour la santé de mars 2019, la généralisation progressive du rendez-vous de prévention « jeune retraité » sera lancée en janvier 2020. La charte prévoyant les conditions de son déploiement a été signée par Agnès BUZYN, ministre des solidarités et de la santé, le 16 janvier 2019.

Le passage à la retraite constitue un moment de vie propice aux changements de comportements. L’instauration d’un temps de consultation dédié pour les 60-65 ans permet de structurer une approche préventive destinée à favoriser l’adoption de comportements sains (rester actif, limiter la sédentarité, manger sainement, réduire les consommations addictives (tabac, alcool) et orienter vers des dispositifs de prévention (bilan sensoriel, action collective de prévention, adaptation du logement…).

Ce rendez-vous reposera sur une approche globale, médico-psychosociale, et s’attachera à la préservation des cinq grandes capacités intrinsèques de la personne (la mobilité, la nutrition, les fonctions sensorielles, l’état psycho-social et la cognition). Ce rendez-vous sera organisé en partant des actions et de l’expérience des caisses d’assurance maladie et de retraite (notamment le programme inter-régime des ateliers du bien vieillir), sur la base d’un référentiel commun. Il s’adressera en priorité à un public en situation socio-économique précaire ou éloigné du système de santé.

Objectif : toucher 200 000 personnes en 2022.

Mesure 3

Une campagne annuelle de communication pour accompagner la Semaine bleue, consacrée chaque première semaine d’octobre à la prévention de la perte d’autonomie liée à l’âge. La semaine bleue inscrira, en 2020 le thème majeur de la nutrition comme déterminant de la prévention.


Partager cet article

Publié par la Rédaction le


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page