Rester sexuellement actif à un âge avancé peut améliorer la qualité de vie

AUTRES ACTUS ET INFORMATIONS SUR : SEXUALITE

Festival SilverEco Bien Vieillir
Partager cet article

Une étude menée sur un échantillon de 133 personnes en Ecosse révèle que les seniors qui restent sexuellement actifs ont en moyenne une vie sociale plus épanouie et un meilleur état d’esprit psychologique que ceux qui ont cessé toute activité sexuelle.

Une étude qui sensibilise à l’impact de la sexualité sur la qualité de vie des seniors

HandsPlusieurs études menées à travers le monde se concentrent sur la qualité de vie des personnes âgées, mais encore peu prennent en compte la sexualité, selon Jane Flynn, co-auteure de l’étude,  et Alan Gow, professeur associé de psychologie à l’université Heriot-Watt à Edinburgh. Jane Flynn rajoute que pour la majorité des personnes âgées, les comportements sexuels – qu’il s’agisse de baisers ou de rapports sexuels – reste un élément important de leur vie.

L’étude a été menée sur 133 Ecossais âgés de 65 ans et plus, via des questionnaires distribués sur des lieux communautaires : points de rencontre locaux, boutiques locales, lieux de réunions dédiées aux personnes âgées… Près de la moitié des participants vivent en ménage.

Les sondés étaient invités à dire s’ils avaient accompli l’un des gestes suivants durant les six derniers mois :

  • Toucher/tenir la main d’un partenaire ;
  • Tenir son/sa partenaire dans les bras ;
  • Embrasser son/sa partenaire ;
  • Caresses ;
  • Masturbation ;
  • Rapport sexuel.

Pour chaque geste, les répondants devaient estimer l’importance qu’ils donnaient à chacun, sur une échelle allant de « pas du tout important » à « très important ».

Une série de questions visaient également à évaluer la qualité de vie des répondants selon leur santé physique, psychologique, leur vie sociale et leur environnement de vie.

Entre 75 et 89% des répondants – sans distinction notable entre hommes et femmes – ont dit avoir eu des comportements sexuels, c’est-à-dire avoir embrassé, étreint ou tenu la main de leur partenaire durant les six derniers mois.

De plus, selon l’étude, l’impact d’une sexualité active est double : les participants ayant eu des comportements sexuels ont une vie sociale de plus grande qualité. Pour leur part les répondants ayant eu des rapports sexuels ont une meilleure santé psychologique.

« continuer d’avoir une activité sexuelle régulière peut protéger d’un sentiment de vieillesse et de perte, tout en prolongeant les relations à long terme »

Le professeur de sociologie à l’université du Wisconsin John DeLamater note cependant que le fait que les participants aient été recrutés uniquement dans des lieux publics ou lieux de rencontres peut biaiser les résultats de l’étude, puisque ces participants ne sont pas forcément représentatifs de la population senior dans son ensemble.

Alan Gow espère que les résultats de cette étude préliminaire pourront pousser d’autres chercheurs à se pencher davantage sur le sujet de la sexualité des seniors et son rôle dans la qualité de vie de ces derniers.

John DeLamater rajoute que « continuer d’avoir une activité sexuelle régulière peut protéger d’un sentiment de vieillesse et de perte, tout en prolongeant les relations à long terme » et insister pour dire que la sexualité des seniors doit être prise en compte et encouragée. « Nous devrions encourager les couples à passer du temps entre, aménager des lieux d’intimité dans les établissements de soins, et donner plus d’informations sur la santé sexuelle dans les lieux médicaux ».

Retrouvez le résumé de l’étude ici


Partager cet article

Publié par la Rédaction le


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut