[Dossier] Doll Therapy : un dispositif thérapeutique alternatif pour lutter contre l’isolement et l’Alzheimer

AUTRES ACTUS ET INFORMATIONS SUR : ALZHEIMER

Festival SilverEco Bien Vieillir
Partager cet article

En EHPAD ou à domicile, les seniors sont souvent touchés par l’isolement ou les maladies neurodégénératives. De plus en plus de moyens sont mis en place pour développer des thérapies non médicamenteuses.

La doll therapy, ou thérapie de la poupée, est une méthode de plus en plus employée en France, notamment dans les EHPAD. Grâce à des modèles très réalistes ou sensoriels, ce dispositif apporte un réel soutien aux seniors victime d’isolement ou de maladies dégénératives comme l’Alzheimer.

Des poupées pour éveiller les souvenirs

Les objectifs de ces poupées sont assez simples à définir et se résument en plusieurs points :

  • Calmer les angoisses grâce aux aspects sensoriels
  • Faire remonter à la surface des souvenirs de parentalité enfouis ou des instincts de protection
  • Créer un lien d’attachement dans le but de renouer avec des émotions telles que l’empathie
  • Adopter un rythme quotidien en changeant ou nourrissant la poupée
  • Encourager la verbalisation par le chant de berceuse par exemple
  • Instaurer une communication différente entre la personne âgées et le personnel soignant en passant par l’intermédiaire de l’objet

Une solution alternative à la thérapie médicamenteuse

Les médicaments ne sont pas la solution à tous les maux. L’Alzheimer est une maladie qui n’a pas encore de traitement mais qui peut se ralentir ou se retarder. L’isolement a aussi des solutions. Ces poupées d’empathie sont donc un moyen d’apporter un certain réconfort et une stabilité aux seniors au même titre que la peinture, le dessin, la musique ou encore le jardinage.

Lire aussi : Smile Supplement Robot : le compagnon pour lutter contre la solitude et garder le sourire – HCR 2012

Certaines précautions à prendre en compte

Si ce traitement peut faire sourire et paraître sans danger, il y a quand même quelques précautions à prendre. En effet, ces poupées peuvent aussi être une source d’angoisse chez certaines personnes. C’est pourquoi il est important de les introduire de façon graduelle dans le quotidien pour ne pas créer un nouveau stress et ne pas créer des responsabilités non désirées.

Poupées d’empathie : un outil parfois controversé

Si ces poupées semblent être une solution thérapeutique qui séduit les professionnels, d’autres sont beaucoup moins favorables et n’hésitent pas à tirer la sonnette d’alarme. L’équilibre des résidents qui utilisent ces poupées-bébés peut se trouver bouleversé. C’est pourquoi il est obligatoire de laisser la personne concernée décider si elle le considère comme une simple poupée ou comme un nourrisson.

L’utilisation de cet outil peut aussi devenir une source de conflit et de tensions entre résidents. En effet, pour ceux dont la maladie est à un stade moins avancé, cette méthode atypique est souvent tournée en dérision, ce qui peut blesser l’utilisateur. « Mais c’est une poupée », « Tu es ridicule », « A ton âge on ne joue plus à ça », autant de réflexion qui peuvent braquer une personne en souffrance et dégrader son état. De ce fait, il est important d’expliquer à l’ensemble des familles, équipes et résidents l’impact positif que ces poupées peuvent avoir.

Enfin, pour certains professionnels, ces poupées n’ont rien de bénéfiques. En effet, ils considèrent que c’est une manière supplémentaire d’infantiliser le malade et de le rabaisser. De plus les liens qui se crées entre le résident et la poupées sont superficiels. Ces derniers conseillent le contact avec des personnes réelles pour favoriser l’échange et baser la thérapie sur une relation concrète.

Différents modèles pour répondre aux besoins de chacun

Plusieurs EHPAD en France ont déjà adoptés la doll therapy. Différentes poupées existent, l’équipe peut donc choisir celles qui corresponds le mieux à ses résidents. Il y a les modèles dits « plus vrais que nature » qui ressemblent traits pour traits à un bébé. D’autres modèles se concentrent sur les sens du toucher avec des matières agréables, douces et molles pour calmer les angoisses. En suivant le même concept, des peluches représentant des animaux sont aussi envisageables.


Partager cet article

Publié par la Rédaction le


1 réflexion sur “[Dossier] Doll Therapy : un dispositif thérapeutique alternatif pour lutter contre l’isolement et l’Alzheimer”

  1. Juste pour apporter ma petite pierre à votre article.
    Je fabrique de petites poupées de petit format qui peuvent facilement se glisser dans un sac à main ou un cartable. Ce sont des poupées en tissu pour maison de poupée, pour la décoration et donner le sourire.
    Je confirme que depuis 1 an de nombreux clients dans le monde entier m’ont parlé de cette augmentation de stress et d’anxiété liés au Covid et au télétravail; de leur besoin de trouver du réconfort. Et de l’aide que leur avaient apportés les poupées.
    Je ne suis pas Psy pour en expliquer la raison. Peut-être qu’elles rappellent un peu les beaux souvenirs d’enfance ou qu’elles permettent de (re)créer un lien intangible en les offrants ou en les partageant avec des membres de leur famille ou des amis proches. Peut-être est-ce comme un mini doudou pour adulte qui apporte une confiance ou à qui parler. ou peut-être que cela vient peut-être de la bonne relation que j’établis avec mes client(e)s.
    Dans tous les cas, je suis contente de savoir que cela donne une solution de réconfort et de lutte contre l’anxiété à certaines personnes avec la Doll Therapy Je ne sais pas si cela existe ? Mais il me semble que c’est déjà utilisé à avec des personnes qui ont Alzheimer.
    Natasha @ Moppetdolls.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page