Remise du rapport « Dispositif d’activités physiques et sportives en direction des personnes âgées » à Michel Delaunay

Partager cet article

Le rapport « Dispositif d’activités physiques et sportives en direction des personnes âgées » a été remis ce matin à Michèle Delaunay, ministre déléguée aux Personnes Âgées et à l’Autonomie, et à Valérie Fourneyron, ministre des Sports, de la Jeunesse, de l’Education populaire et de la Vie associative.

Un groupe de travail interministériel avait été installé le 3 juillet 2013, sous la présidence du Professeur Daniel Rivière. Il rend ses conclusions dans le rapport remis aujourd’hui.

rapport Dispositif d'activités physiques et sportives en direction des agésLes âgés ne pratiquent pas assez d’exercices physiques en France

La pratique d’une activités physiques ou sportives par les personnes âgées permet de lutter contre la perte d’autonomie. Ce constat a été soulevé par des études qui montrent que faire de l’exercice permet de prévenir les conséquences des chutes chez les personnes âgées. Malheureusement il a également été constaté qu’en France près de la moitié des seniors français ne pratiquent aucune activité sportive.

La 3ème Semaine Nationale du Maintien à Domicile des Seniors, qui s’est tenue du 18 au 24 novembre dernier, abordait la question de l’exercice physique comme moyen de prévention de l’amoindrissement des capacités et donc des chutes, en diffusant des vidéos et un guide.

Toujours dans l’objectif de favoriser la prévention de la perte d’autonomie et de faire un état des lieux de la question de la pratique des ASP (activités physiques et sportives) des âgés : mesures et plans existants, initiatives locales ou régionales etc., le rapport rivière fait de nombreuses propositions.

Activités physiques et sportives des personnes âgées : « rapport d’étape »

Le rapport « Dispositif d’activités physiques et sportives en direction des personnes âgées » se veut avant tout un « rapport d’étape » qui identifie avant tout les mesures existantes et les freins, qui évalue la qualité des parcours de prise en charge, des rôles et compétences des professionnels et des financements.

Le rapport stipule dans son introduction que le but est de « dégager des propositions et recommandations, que l’on peut diviser en recommandations pratiques et « urgentes », et en propositions plus larges qui demandent à s’inscrire dans le temps, dont des propositions de formations et des programmes de recherche. », ces dernières mesures nécessiteront la mise en place d’un plan national et d’un suivi de ses applications.

Les recommandations du rapport « Dispositif d’activités physiques et sportives en direction des personnes âgées »

S’appuyant sur les 8 mesures du rapport Aquino « Anticiper pour une autonomie préservée : un enjeu de société » et sur 3 mots-clefs, le rapport propose un certain nombre de recommandations portant sur quatre axes : l’information au public, la formation des professionnels, l’accueil du public et la prise en charge de l’activité physique et sportive comme un acte de prévention.

Parmi les recommandations pratiques à mettre en place en urgence, le groupe de travail « Dispositif d’activités physiques et sportives en direction des personnes âgées » préconise :

  • D’intégrer dans le cadre des actes de prévention des Contrats responsables des Complémentaires Santé la prise en charge d’une consultation préventive d’évaluation de la condition physique au
    même titre que le contrôle de l’audition pour les plus de 55 ans.
  • D’intégrer la prise en charge spécifique par les assurances maladies obligatoires et/ou les mutuelles des prescriptions et des pratiques d’APS pour les pathologies pouvant conduire à la dépendance chez toutes les personnes en Affection de Longue Durée.
  • De mettre en place des campagnes d’information pour les seniors en précisant ce qu’est la lutte contre la sédentarité et en PROPOSANT des solutions pour les activités structurées, y compris avec des mesures permissives et/ou incitatives (chèques-activité, mise à disposition gratuite de vélos par les municipalités…).

Des recommandations plus particulières prenant compte de la situation des seniors, selon qu’ils sont actifs, sans risque de santé identifié, fragiles ou bien en établissement (qu’ils soient dépendants ou non), sont également soumises dans le rapport.

Des propositions à long terme sont également soumises dans le rapport :

  • S’inscrire dans la Stratégie Nationale de Santé pour développer la place des APS dans l’Éducation à la santé que cela soit dans le cadre des enseignement primaire, secondaire et universitaire, en s’appuyant sur les Professeurs d’EPS, mais aussi au cours des études des métiers de la santé et du monde sportif. Impliquer tous les professionnels de santé en contact avec le public et l’ensemble des collectivités territoriales dans cette éducation pour la santé.
  • Former les professionnels de santé à la « prescription » et les professionnels des APS à la mise en place des APS ou des programmes de prévention santé en fonction de la spécificité des personnes avançant en âge.Faire connaître l’ensemble de l’offre des territoires sur la base d’un recensement exhaustif des actions répondant à des critères et indicateurs précis.
    •  élaborer des guides d’évaluation de la condition physique et des aptitudes, et des guides de bonnes pratiques en harmonisant l’existant ce qui implique la recherche d’un consensus ;
    •  élaborer des référentiels de compétences dans la prise en charge des seniors en termes de formation initiale, continue et de validation des acquis de l’expérience (VAE ), pour tous les intervenants dont un recensement exhaustif est nécessaire. Pour cela, s’appuyer sur les fiches du Registre National de la Certification Professionnelle (RNCP) ;
    • élaborer, compléter ou spécialiser des Référentiels Métiers, avec renforcement des compétences vers l’« avancée en âge » pour les éducateurs sportifs en développant l’adaptation au terrain ;
    •  former les « aidants » à domicile et les auxiliaires de vie.
  • Intégrer dans la démarche le ministère de l’Environnement pour adapter l’environnement urbain aux modes de déplacement dits « doux » dont la pratique de la marche et élaborer un « Code de la rue » afin de faciliter les activités physiques quotidiennes sans danger pour les personnes avançant en âge. Ceci implique une information et une formation des référents des collectivités locales en charge de la politique de la ville (plans d’urbanismes, de transport…).
  • Promouvoir les travaux de recherche multi-domaines, incluant les études de terrain avec pour principaux thèmes (non exhaustif) :
    • Étude du phénomène du vieillissement sur le plan physiologique, cognitif et psychologique.
    • Évaluation des protocoles de bonnes pratiques d’APS en fonction de la population cible (robuste, fragilisée ou dépendante).
    • Mise en place d’études médico-économiques pour démontrer l’intérêt de cette politique et donc « dégager » des financements pour la mettre en place.

Des mesures spécifiques aux différents publics de personnes âgées sont également proposées.

Les préconisations du rapport seront prises en compte dans la réflexion autour de la préparation des projets de loi sur l’autonomie et l’adaptation de la société au vieillissement.

Le groupe de travail du Professeur Rivière sera pérennisé et poursuivra, en interministériel, sa réflexion au sein du Pôle Ressources National « Sport Santé Bien-être », créé en mai 2013 au sein du Ministère en charge des sports.

> Vous pouvez consulter et télécharger le rapport « Dispositif d’activités physiques et sportives en direction des personnes âgées » dans son intégralité.


Partager cet article

Cet article a été publié par la Rédaction le


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut