[Tribune] Présidentielle 2022 : 1 million d’emplois dans les services à la personne doivent être créés dans les 8 ans, par Didier Chateau

AUTRES ACTUS ET INFORMATIONS SUR : SERVICES A LA PERSONNE

Festival SilverEco Bien Vieillir
Partager cet article

Dans ces temps difficiles que nous traversons, alors que le système de santé est fragilisé par la crise covid, le phénomène de l’Ehpad Bashing n’a pas mis l’éclairage sur nos métiers des services à la personne. Pourtant, le maintien à domicile s’avère être la solution pour répondre aux besoins des seniors et faire face aux 700 000 départs à la retraite prévus d’ici 2030, rapporté aux 300 000 emplois nouveaux à pourvoir dans le secteur des métiers de l’aide à domicile, lié au boom démographique. Il est urgent que l’Etat investisse autour du vieillissement pour éviter de recréer un système de maltraitance à domicile.

Tribune libre à Didier Chateau, Président co-fondateur du groupe Générale des Services, acteur majeur sur le marché des services aux particuliers.

« Vieillir à domicile, sous réserve d’avoir des professionnels formés à proximité et des moyens financiers suffisants. »

Alors que 8 Français sur 10 souhaitent leur maintien à domicile en cas de perte d’autonomie, l’expansion de notre marché des services à la personne est encore freinée par de nombreux défis. Un sondage Odoxa pour le Groupe Nehs, réalisé sur la prise en charge du vieillissement en France auprès de quelque 3000 participants, avait mis en évidence des attentes des populations en termes de soins. Cette enquête révélait que 68% des Français et 60% des aidants étaient insatisfaits de la prise en charge du grand âge et de la dépendance en France.

Et cette défaillance perçue des pouvoirs publics suscite une forte angoisse personnelle pour la population générale (68%), et plus encore pour les aidants (82%), qui se disent inquiets quant à leurs capacités actuelles ou futures à accéder à l’ensemble des services/aides dont ils pourraient avoir besoin à l’avenir. Les défis de santé publique liés à la pandémie ne doivent pas remettre en question l’importance de ces attentes de la population.

Il est nécessaire de respecter le besoin d’autonomie et de sécurité des personnes âgées. Nos agences doivent permettre de proposer des prises en charge adaptées et des prestations de qualité. Une logique du CARE à la Française.

A cet effet, il s’agit bien pour les Français de ne pas se priver de pouvoir bien vieillir à domicile. Malheureusement la France est le pays d’Europe où l’on vit le plus longtemps mais le plus mal les 5 dernières années de sa vie. 6% des logements en France seraient adaptés au vieillissement de la population contre 17% au Danemark. L’offre dans le secteur des services à la personne est déstructurée et inégale selon les territoires.

Logement pour senior

Autre constat, la filière services à la personne n’est pas mieux considérée par l’Etat. Comme l’indiquait un collectif d’universitaires et de féministes, dans une tribune au « Monde » en septembre 2021 : Les près de 700 000 aides à domicile, en première ligne durant la crise sanitaire, sont les « grandes oubliées » du Ségur de la santé ou des plans de relance. Elles sont à 97 % des femmes, sous-payées, aux conditions de travail extrêmement difficiles, subissant l’isolement professionnel, la précarité et le temps partiel imposé.

50% de mes salariés ont plus de 47 ans. La charge mentale, le stress, liés à l’accompagnement des personnes dépendantes augmentent le taux d’accident du travail. Si les conditions salariales dans le secteur des services à la personne ne sont pas revues, nos collaborateurs vont quitter la filière, nous assisterons à un retour au travail dissimulé et nous allons recréer un système de maltraitances à domicile.

« Les salariés les plus fragiles sont au domicile des français les plus fragiles. »

Aujourd’hui, le bilan est mitigé à quelques jours de l’élection présidentielle. L’Etat doit prendre une part de responsabilité dans la prise en charge des personnes âgées en France et écouter les propositions des fédérations professionnelles. La FESP, 1ere fédération représentative de la branche des entreprises de services à la personne est l’interlocuteur privilégié pour co-construire une réponse opérationnelle et durable pour les français.

Certes, des mesures ont été prises récemment, comme l’avance immédiate du crédit d’impôt, mais cela ne va pas résoudre nos problèmes de fond. Dans son programme, le Président – candidat Emmanuel Macron annonçait : “Nous investirons pour permettre à chacun de vivre le grand âge à domicile tant qu’il le peut, pour rendre les maisons de retraite plus humaines.” Si des chantiers ont été ouverts, tous n’ont pas abouti.

Maintien à domicile - Couple de seniors - Bien vivre chez soi

Quel futur pour les métiers des services à la personne ? Une loi grand âge et la création d’emplois autour du vieillissement. Le maintien à domicile coûte 2 fois moins cher que l’accueil en Ehpad et 10 fois moins cher qu’un lit d’hôpital. L’enjeu est de réussir à structurer une filière de formation complète (du CAP, BEP au master). L’expertise se paye et doit être soutenue et alimentée. Il est urgent que l’État nous donne les moyens d’investir dans la formation et la prévention.

Nous attendons une véritable économie du « care » et un changement de paradigme profond. Faire de la prévention un fer de lance de la politique nationale du grand âge et des services à la personne, une sentinelle en repérage des fragilités à domicile, bien avant le curatif trop souvent l’unique réponse aujourd’hui. Par ailleurs, la vieillesse constitue un véritable levier économique en termes d’emplois.

« Ce secteur peut créer 1 million d’emplois non délocalisés. Le maintien à domicile des personnes âgées est un défi sociétal et économique.« 

Les entreprises sont un agent économique important et le marché des services à la personne va connaître une forte croissance, c’est tout le modèle économique qu’il faut repenser.

Bientraitance - Services à la personne - Prendre soin

En conclusion, la révolution du soin doit avoir lieu. Le respect du besoin d’autonomie et de sécurité des personnes âgées comme celui des aidants et des professionnels du secteur des services à la personne sont des conditions indispensables à la préservation d’une qualité des prises en charge, d‘une prestation humaine, soucieuse de s’adapter à l’état de santé des populations. Une société se juge à manière dont elle traite ses personnes âgées.


Partager cet article

Publié par la Rédaction le


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page