Etude sur les usages de Paro pour les résidents atteints d’Alzheimer en EHPAD mutualistes

AUTRES ACTUS ET INFORMATIONS SUR : ROBOTIQUE

Festival SilverEco Bien Vieillir
Partager cet article

Face à l’avancée en âge et à l’évolution de la dépendance des personnes accueillies dans les EHPAD, des solutions non médicamenteuses se sont développées ces dernières années. Parmi elles, le robot Paro, à l’apparence d’un phoque, compte parmi les robots compagnons les plus anciens (1993).

Son efficacité a été montrée dans plusieurs études, notamment sur la diminution du niveau de stress et le renforcement des liens sociaux chez les personnes âgées, notamment les personnes souffrant de troubles du comportement liés à la maladie d’Alzheimer.

paro-en-ehpad

Les effets du robot Paro relativement peu étudiés

A ce jour, l’effet du robot Paro sur les interactions entre résidents et soignants a été relativement peu étudié. Afin de compléter les premières analyses, la Mutualité française Loire – Haute Loire SSAM lance une étude inédite de 18 mois, grâce au soutien de la Fédération Nationale de la Mutualité Française et de la Fondation Paul Bennetot.

Paro doréInitiée en septembre 2016, elle se déroulera dans ses 11 EHPAD, accueillant près de 1 000 personnes âgées. Les objectifs sont multiples : observer les usages et les non usages du robot Paro en établissement, expérimenter et évaluer l’impact du robot émotionnel sur le lien social entre les résidents, le personnel soignant et les aidants et analyser les possibles effets du robot sur la douleur induite par les soins chez les personnes âgées souffrant de troubles cognitifs.

Lire aussi : Paro : le robot thérapeutique pour les malades d’Alzheimer de plus en plus populaire en France

Des études menées en parallèle dans les résidences mutualistes

BB-PHO~PAROUne première étude clinique permettra d’évaluer l’intérêt de Paro pour prévenir les manifestations de douleur induite par les soins. La seconde étude permettra d’identifier les conditions d’usage réelles et d’intégration d’une gérontotechnologie dans un EHPAD. La 3e étude permettra d’analyser les interactions, en présence du robot, du résident avec le personnel soignant et les familles.

Ces études sont menées en parallèle dans les résidences mutualistes. Elles s’intéresseront particulièrement au trio résident – soignant – aidant :

  • le résident, dans l’objectif d’améliorer sa prise en charge et sa qualité de vie au sein des établissements mutualistes,
  • le soignant pour améliorer ses conditions de travail grâce à de nouveaux outils,
  • l’aidant, la famille dans la plupart des cas, pour les soutenir dans leur rôle d’accompagnement.

Lire aussi : Inno3MED et Aceane Services concluent un partenariat pour faire bénéficier les particuliers du robot thérapeutique PARO

Zoom sur Paro, un robot interactif et émotionnel

paro alzheimerParo est un robot socio-pédagogique à l’apparence d’un petit phoque en peluche recouvert d’une fourrure synthétique à fibres bactéricides. D’une cinquantaine de centimètres, pesant 2,5 kg, c’est un concentré d’intelligence artificielle : 7 moteurs lui permettent de bouger la tête, cligner les yeux, remuer la queue, actionner ses deux nageoires.

Une douzaine de capteurs et 3 microphones renvoient des informations vers un logiciel d’intelligence artificielle, qui adapte en conséquence les intonations et les mouvements en fonction du comportement de la personne qui le tient.

rp_paro-personnes-agees.pngParo peut communiquer par exemples des émotions telles que la joie ou la surprise. En tant qu’animal thérapie, Paro vient s’ajouter aux outils non médicamenteux disponibles et apporte des bénéfices thérapeutiques reconnus : baisse de la tension artérielle, rythme cardiaque, réduction des niveaux de stress et d’anxiété, prévention de la dépression… Il permet également d’agir sur la communication et les interactions sociales.

Il a été développé dans l’optique d’offrir à minima les avantages thérapeutiques de la zoothérapie tout en limitant les inconvénients associés : anxiété liée aux griffures, morsures, allergies, hygiène, soin de l’animal, risque de maltraitance de l’animal, disparition…


Partager cet article

Publié par la Rédaction le


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page