Les cas d’obésité sont plus nombreux avec l’âge, d’après une étude de l’Inserm

Festival SilverEco Bien Vieillir
Partager cet article

L’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) et la Caisse nationale de l’assurance-maladie des travailleurs salariés (Cnamts) ont mené une étude sur l’obésité en France. Un constat frappant : 56,8% des hommes et 40,9% des femmes souffriraient de surpoids ou d’obésité en France. Par ailleurs, ce phénomène serait proportionnel à l’âge puisque les personnes âgées de plus de 60 ans présentent les taux d’obésité les plus élevés.

Obésité Surpoids Alimentation

Surpoids ou obésité ?

Quelle est la différence ? L’indice de masse corporelle (IMC) déterminera si l’on parle de surpoids ou d’obésité. Si l’IMC est situé entre 25 et 30, l’individu est considéré comme en surcharge pondérale. S’il est supérieur ou égal à 30, on parle alors d’obésité.

L’obésité est particulièrement dangereuse pour la santé puisqu’elle favorise le développement de maladies cardiovasculaires, du diabète, de problèmes articulaires, des troubles respiratoires, de la dépression, des cancers…

Plus l’âge augmente, plus les cas d’obésité sont nombreux

L’Inserm et l’Assurance maladie considèrent l’obésité comme un véritable problème de santé publique. A ce titre, ils ont tous deux mené une étude sur un panel de 28 895 personnes âgées de 30 à 69 ans, tirées au sort, pesées, mesurées et soumises à des examens sanguins et cardio-vasculaires.

Obésité Surpoids AlimentationLes conclusions sont sans appel : plus d’un habitant français sur deux âgé de plus de 30 ans est en excès de poids. L’âge jouerait un rôle déterminant à ce sujet puisque les personnes obèses sont deux fois plus nombreuses à 60 ans qu’à 30 ans.

Ainsi, à 30 ans, 10,4% de la population masculine et 11,4% de la gent féminine se trouvent en situation d’obésité, contre respectivement 20,8% et 18,8% à 60 ans.

Un déséquilibre entre les deux sexes

Selon cette même étude, 41% des hommes sont considérés comme étant en surpoids (IMC supérieur à 25) et 15,8% d’entre eux sont considéré comme obèses (IMC supérieur à 30).

La situation est quelque peu différente chez les femmes, avec seulement 25,3% de sujets en surpoids et 15,6% en obésité.

Corrélation entre obésité et faible revenu

Le taux d’obésité est également inversement proportionnel au niveau socio-économique. En effet, on dénote 30,7% de femmes obèses bénéficiant d’un salaire de moins de 450 euros par mois, contre 7 % chez celles avec un salaire de 4 200 euros par mois. Chez les hommes, l’écart est moins marqué avec 18,7 % d’obèses chez ceux gagnant moins de 450 euros et 9,1% chez ceux gagnant plus de 4 200 euros.

La proportion d’obèses varie enfin en fonction de la richesse des territoires : 25,6% de la population du département du Nord, particulièrement défavorisé, est en situation d’obésité, un « record » dans l’Hexagone. Tandis que Paris ne totalise que 11% d’obèses, soit le pourcentage le plus faible en France.

Lire aussi : La solitude causerait deux fois plus de problèmes que l’obésité


Partager cet article

Publié par la Rédaction le


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page