Télémédecine

Télémédecine : un déploiement réussi dans le département de la Sarthe

La télémédecine, médecine pratiquée à distance à l’aide des technologies de l’information et de la communication, est devenue un outil d’amélioration de l’accès aux soins. Le département de la Sarthe a décidé d’investir ce secteur face aux besoins dû au vieillissement de la population et le développement des pathologies chroniques.

Santé numérique : le Groupe Montana s’associe à MEDADOM pour répondre à la désertification médicale

Faciliter l’accès aux soins et permettre aux résidents de consulter un médecin généraliste rapidement ? C’est l’objectif du partenariat de MEDADOM, acteur majeur de la télémédecine en France, et du Groupe Montana afin d’améliorer la qualité de vie de ses résidents et de lutter contre la désertification médicale.

Medaviz, livre blanc

Medaviz : Complémentaires santé, regardez-vous la télé(médecine) d’assez près ?

Medaviz, éditeur de solutions de télémédecine pour les acteurs de la santé, publie un nouveau livre blanc s’interrogeant sur la place de la télémédecine dans l’offre et le positionnement des complémentaires santé. Alors que la crise sanitaire a mis en exergue le besoin de réassurance médicale, la télémédecine offre un complément au parcours de soins coordonnés, une opportunité pour les acteurs de ce marché ultra-concurrentiel.

Téléconsultation et maintien à domicile : e-Meuse lance deux appels à expérimentations

Avec l’accélération du recours à la télécommunication sur les territoires et les milieux ruraux à cause de la Covid-19, e-Meuse santé s’engage dans le développement de la e-santé et le maintien à domicile. E-Meuse fait appel à expérimentations dans ces deux domaines, en partenariat avec les départements de la Meurthe-et-Moselle et de la Haute-Marne.

Doc2u, l’examen médical à distance en temps réel, « comme en cabinet » !

Le contexte récent de la crise sanitaire a mis en évidence la nécessité de déployer massivement la consultation médicale à distance. Hélas, nombre de praticiens y renoncent régulièrement, n’ayant pas les moyens de mesurer les paramètres physiologiques des patients pour établir un diagnostic fiable.

Retour en haut